vendredi 12 août 2022
AccueilCity Guide Toulouse Les meilleurs spots où le street art laisse sa marque à...

[ CULTURE ] Les meilleurs spots où le street art laisse sa marque à Toulouse

-

Connue pour son extrême diversité et sa grande richesse en termes de graff et de street art, Toulouse est considérée comme la seconde ville de France où l’on observe le plus d’œuvres d’art urbain. Tout a commencé une journée d’hiver de 1987, le long des voies ferrées de la gare Raynal, lorsque le Toulousain « Mosquito » impose le premier graffiti de la ville, une fresque de huit lettres sur 30 mètres, très humblement nommée « TOULOUSE ». Depuis, la Ville rose a passionné nombre d’artistes locaux et internationaux qui y ont inscrit leur blaze (signature), pour en faire aujourd’hui une véritable galerie à ciel ouvert. Difficile d’énumérer tous les lieux où la peinture de rue a pris ses quartiers de noblesse tellement ils sont nombreux ! La rédaction vous a donc concocté une petite balade pour découvrir les œuvres incontournables de street art à Toulouse.

Une balade à la découverte du street art à Toulouse

Toulouse étant relativement étendue, nous vous conseillons de relier les différents spots à vélo, pour une échappée d’une heure environ. Vous n’avez pas de vélo ? Vous en trouverez dans les diverses stations de location de la Ville Vélôtoulouse. Mais vous pouvez aussi louer un vélo électrique, idéal pour pédaler en toute tranquillité et faire de longs parcours, sans fatigue.

Quartier Arnaud Bernard

Collectif Truskool (Tilt, Tober, Soone, 2pon, Ceet, Sike, Der)

Débutons notre aventure par l’un des graffs emblématiques de la ville, réalisé en 2017 par Siker, Ceet, Soone, 2Pon, Tober, Der et Tilt, un collectif historique d’artistes toulousains. C’est la plus grande fresque de street art à Toulouse ! On peut voir dans les différents styles artistiques, une petite histoire du graffiti avec une approche très graphique.

3 boulevard Lascrosses, Toulouse.

Quartier Capitole

Der

Un coup de pédale plus loin, nous voici dans le quartier du CapitoleDer du collectif Truskool a débuté en 1989 pour évoluer vers la conception de pièces en 3D. Ce mur a été peint à côté du magasin Galeries Lafayette pour le festival Wops organisé en 2015.

6 rue Lapeyrouse, Toulouse.

Quartier Esquirol

Mademoiselle Kat

Direction le Sud pour découvrir un sublime graff de Mademoiselle Kat. C’est l’une des pionnières du street art à Toulouse dans un style très féminin et féministe. Baby dolls, icônes du cinéma ou cartoons, ses œuvres sont toujours colorées et engagées. La fresque de la rue Sainte-Ursule a été peinte en 2019, et, sous son air d’affiche de film à l’ancienne, transmet un message on ne peut plus actuel en alertant sur le réchauffement climatique.

5 rue Sainte-Ursule, Toulouse.

Quartier des Carmes

Miss Van

En flânant dans les rues du quartier des Carmes, on découvre une fresque imposante intitulée « La Symphonie des Songes ». Connue pour ses pin-up qui ont évolué avec le temps et ont gagné en expressivité, Miss Van a composé une œuvre gigantesque dans le cadre du festival des cultures urbaines Rose Béton. Cette fresque peinte intégralement au pinceau représente une figure féminine entourée de masques inspirés de différentes cultures du monde. L’harmonie des couleurs et la finesse du trait nous plongent dans l’univers onirique de l’artiste toulousaine.

Rue du Pont de Tounis, Toulouse.

Quartier François Verdier

Hense

Voyageons direction Atlanta dans le quartier François Verdier avec le graffeur Hense qui était invité du festival Rose Béton en 2019. Derrière le site archéologique, on est happé·e par le mur recouvert de grands aplats de couleurs primaires. Le quartier, plutôt réputé pour ses hôtels particuliers de l’époque classique, prend un vrai coup de jeune au contact de ces inspirations abstraites.

6 rue Sainte Anne, Toulouse.

Laffiche Dans La Rue

On ne pouvait pas vous faire rater notre coup de cœur toulousain! Joël Martial, plus connu sous le nom Laffiche Dans La Rue sur Instagram est un artiste autodidacte qui mêle collages et peintures à l’acrylique, pour donner à voir une vision décalée, humoristique et un peu ironique qui transparaît dans son art. C’est depuis la fin du premier confinement qu’il œuvre à embellir l’espace public avec ses collages éphémères, faits sur-mesure en fonction de l’architecture ou des aspérités du lieu choisi. Ses œuvres sont à la fois marquantes, marrantes et nous donnent un regard plus doux sur le monde qui nous entoure. On a particulièrement adoré ses ajouts de signalétique et sa baigneuse qui flotte dans la Garonne sous les Ponts Jumeaux.

Rue de Valenciennes, Toulouse.

Quartier Pont des Demoiselles

50 Cinq/Sismikazot

Ce projet cocréé par l’association 50 Cinq et le duo Sismikazot présente un travail sur l’aviateur Saint‐Exupéry avec une fresque symbolisant La Piste des Géants, référence au musée Mémoire de l’Aéropostale sur le site de Montaudran. Les artistes Azot, Sismik, Reso et Mondé ont représenté le jeune aviateur rêvant de ce qui sera son avenir.

32 avenue Saint-Exupéry – sous le pont SNCF, Toulouse.

Quartier du Busca

Poes / Jober

Plongeons dans l’Histoire avec une fresque inspirée de l’œuvre littéraire la plus ancienne connue, qui conte les aventures du roi d’Uruk à la recherche de l’immortalité. Pour cette fresque réalisée dans le cadre du festival Rose Béton en 2016, le duo français Poes et Jober (constitué de Mr Poes et Jo BER) a utilisé un ton coloré et ludique pour nous présenter le personnage plutôt austère. On adore la diversité de couleurs, les détails stylisés qui font que cette œuvre nous met instantanément de bonne humeur !

30 rue Marceau, Toulouse.

Quartier Saint-Agne

Maye et Mondé

Cette œuvre tout en finesse est issue de l’imagination des street artists Maye et Mondé qui ont souhaité faire passer le message suivant : « Nous sommes des moutons et nous avons tous besoin d’une bergère ». On admire la délicatesse de la dentelle et des détails de la bergère au corps mécanique. En arrière-plan, Mondé nous livre une sublime calligraphie inspirée de l’écriture arabe.

64 avenue de l’URSS, Toulouse.

Quartier Empalot

Pour les plus courageux·ses, un dernier coup de pédale nous mène rue de Menton, au pied de l’immeuble le plus mignon qu’on ait vu ! Tout droit sorti de l’imagination de l’artiste CEET (qui se prononce si-ti) dont la carrière a commencé dans les années 1980. Naviguant entre Hong-Kong et Toulouse, il est connu pour ses œuvres représentant des poulets rondelets et hauts en couleurs : les chicanos. C’est donc en toute logique qu’il a recouvert un pan entier de mur d’immeuble de gallinacés mutins et colorés dans le cadre d’un projet participatif où les habitant·es ont voté pour élire leur version préférée sur les réseaux sociaux.

18 rue de Menton, Toulouse.

Pour en savoir plus sur le Street Art à Toulouse

Des lieux de rendez-vous d’artistes

  • Les ateliers 50cinq, c’est à la fois un incubateur d’artistes street art situé dans une friche industrielle de l’aéronautique à l’abandon, et un espace événementiel (l’espace Cobalt). Le tout dans un cadre original puisque les locaux sont en partie composés de containers. À voir absolument !
  • La Pépinière, une résidence d’artistes.

Des festivals autour du graff et du street art à Toulouse

  • Aérograff, un évènement permettant la rencontre du graff et de la peinture aéronautique. Première édition le 14 mai 2022 à l’Aérochrome situé à Blagnac.
  • Mister Freeze, une exposition annuelle autour des cultures urbaines.
  • Rose Béton, la biennale du street art.

Un beau livre

Dans le livre magnifiquement illustré Une histoire du graffiti à Toulouse, paru en 2016 aux éditions Atlantica, Olivier Gal aborde les débuts de cet art jusqu’alors méconnu dans la Ville rose.

Une visite guidée personnalisée

Les visites guidées avec un passionné, Boris Sécretin, pour découvrir la ville sous un autre angle, au fil du graff. Avec l’envie de sensibiliser le public à l’art urbain, le créateur du site Illegal Painting photographie et recense consciencieusement depuis une quinzaine d’années l’art urbain toulousain. Après plus de soixante mille images capturées et de nombreuses collaborations, il crée une fondation auto-proclamée dans le but de mettre en lumière les artistes qui ont marqué l’histoire du street art à Toulouse depuis les années 80.

Des cours et des ateliers pour apprendre le graffiti

Pour aller plus loin

Un site internet qui recense toutes les œuvres de street art à Toulouse.

Une pensée en hommage à Pierre Audebert alias Full1 et Julien Blanc dit Jibeone, deux street artistes toulousains disparus à New York le 20 avril dernier.

Photo de couverture copyright Miss Van, La Symphonie des Songes ©Festival Rose Béton.

ARTICLE SUIVANT