PUBLI-REPORTAGE

Faire face au gaspillage et promouvoir des systèmes alimentaires durables, tels sont les défis de notre société pour une transition écologique réussie. Cela suppose de changer nos comportements en devenant consomma(c)teurs et préserver ainsi l’environnement et notre santé. Commençons par préférer les produits locaux et de saison ! Nous avons la chance dans le Sud, d’avoir quantité de marchés et de producteurs. Encore faut-il savoir où ils sont… Connaissez-vous les boutiques paysannes ? Locavores ? Les paniers des AMAP ? Autant de systèmes qui privilégient le circuit court et que la Métropole de Montpellier soutient. Explications.

Montpellier Méditerranée Métropole agit pour la transition écologique

Alors que nous sommes à mi-chemin de la « Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020 », la Métropole de Montpellier fait figure d’exemple dans son engagement en matière d’agro-écologie et d’alimentation. Elle a initié cette politique en signant le « Pacte de Politique Alimentaire » à Milan en 2015, puis le « Pacte État-Métropole ». Concrétisée depuis par la mise en place d’un système alimentaire plus durable sur son territoire – comme par exemple des menus de saison dans les cantines scolaires, avec du pain bio et local, des campagnes contre le gaspillage et pour le tri des déchets, le soutien financier à l’achat par les familles de lombri-composteurs et même de poules !

« Parmi les 7 piliers de développement économique et territorial de Montpellier, nous affirmons l’Agro-écologie et l’alimentation comme un pilier essentiel. L’enjeu majeur est bien de renforcer l’articulation entre « bien manger » et « bien produire ». Pour améliorer l’accès de tous à une alimentation saine, nous travaillons à préserver et développer une agriculture nourricière agro-écologique ET à réorienter les produits locaux vers des circuits de distribution locaux. »
Extrait du discours de Philippe Saurel – Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole – lors de la signature du Pacte de Milan le 15/10/2015.

BoCal
©LL

Autrement dit, la mutation qui s’opère est l’évolution des comportements des consommateurs face à leur alimentation. Comme le précise Mylène Fourcade – Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, Déléguée à l’agro-écologie et à l’alimentation, Adjointe au maire de Fabrègues : « Nous cherchons aujourd’hui à manger sain, manger bon, manger bio, à connaître l’origine et la traçabilité des produits, à nous approvisionner en circuits courts, souvent directement auprès des exploitations ou par le biais des boutiques de producteurs de pays ». En témoigne la création – et le nombre croissant – de lieux alternatifs, initiés par des particuliers, pour consommer autrement et solidaire : épiceries en vrac, groupements de producteurs, jardins partagés, des systèmes d’échanges… y compris dans la culture !

Ainsi, pour favoriser cette démarche, Montpellier Méditerranée Métropole, en partenariat avec la Communauté d’agglomération du Pays de l’Or et la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup lance « BoCal » – comme Bon et Local – qui donne les clés des différents circuits courts via un site internet et un annuaire papier répertoriant 275 producteurs et distributeurs.

BoCal – BON & LOCAL – le guide des circuits courts

La démarche BoCal permet de recenser du bon, du local, du bio sans classement ni jugement de valeur. L’objectif est de mettre en lumière les acteurs du territoire qui participent à une alimentation saine et respectueuse des écosystèmes locaux. Traçabilité des produits, savoir-faire utilisés via les techniques et méthodes de production, autant d’éléments qui permettent de consommer en conscience et repenser son alimentation.

Une plateforme internet

Cette base de données gratuite recense :

  • Les 275 points de vente de produits bons et/ou locaux sur les 3 territoires de Montpellier Méditerranée Métropole, l’Agglomération du Grand Pic Saint-Loup et l’Agglomération du Pays de l’Or (épiceries, AMAP, marchés paysans, primeurs, groupements de producteurs, ventes à la ferme…) ;
  • Un agenda mutualisé des événements (fêtes de terroir, ateliers du goût, initiation à la permaculture, conférences / projections / débats…) ;
  • Des recettes mensuelles et des astuces de saison (en octobre par exemple, c’est la pleine saison des coings, pommes, framboises, de l’ail et des noisettes !).
BoCal
©maxsol7-Fotolia

Un annuaire

Ce guide papier des circuits courts est à retirer dans les Guichets uniques de la Métropole ou téléchargeable sur le site internet. Il recense tous les points de vente de produits bons et/ou locaux sur la Métropole, l’Étang de l’Or et le Grand Pic Saint-Loup, ainsi que les brasseries locales.

Concrètement, BoCal donne des outils pratiques pour manger sain, durable et local parce que c’est bon pour la santé, la planète et l’économie locale !

LAISSER UN COMMENTAIRE