vendredi 23 février 2024
AccueilTalentsElles sont l'OccitanieDelphine Belmonte - Centre Hobson

Delphine Belmonte – Centre Hobson

-

Delphine Belmonte gérante du Centre Hobson à Béziers est une entrepreneure passionnée. De son parcours atypique dans l’automobile à la reprise de cette institution linguistique biterroise, elle est toujours partante pour relever un nouveau challenge.

Pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Le Centre Hobson c’est une école de langues et un cabinet de traduction qui a été créé il y a plus de 40 ans par Madame Hobson. Nous avons la partie école de langues, où on n’apprend pas forcément que l’anglais mais toutes les langues pour les particuliers, les professionnels, les enfants et les adultes. Et nous sommes également un cabinet de traduction toutes langues, juridique ou pour tous les supports de communication.

La spécificité du Centre Hobson c’est que nos professeurs enseignent leur langue maternelle et partagent également tout leur univers culturel.

Quel est votre parcours ?

J’ai un parcours un peu atypique, j’ai fait un BTS assistant.e de gestion, une licence en éco et après une licence en droit public. Je ne savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie et j’ai eu l’opportunité de travailler dans l’automobile. J’ai toujours saisi les opportunités pour changer de métier, pour évoluer. Donc dans le monde automobile j’ai fait du commerce, j’ai fait du marketing, j’ai fait du service après vente et au bout d’un moment j’avais envie d’un nouveau challenge.

Qu’entendez-vous par saisir les opportunités ?

Il faut saisir la chance et quelque fois créer l’opportunité. Par exemple, dans mes anciennes expériences j’étais secrétaire et en interne ils recherchaient une assistante de marketing. Je me suis dit « mais pourquoi pas ? » J’ai regardé le poste, c’était sympa, j’ai passé des entretiens et j’ai tout fait pour pouvoir l’avoir. Après j’ai évolué en tant que Responsable Marketing, puis après quelques années j’avais fait un petit peu le tour et une commerciale automobile quittait l’entreprise et je me suis dit « pourquoi pas moi ? » Et donc je suis allée voir mon patron et lui ai dit que je voulais essayer même si je n’avais pas fait d’études de commerce. Et du coup j’ai fait du commerce pendant quelques années aussi et après j’avais envie d’un nouveau challenge. Donc à chaque fois c’est l’opportunité qui a fait que j’ai pu évoluer ou découvrir différents métiers.

Comment avez-vous lancé votre projet ?

Je voulais créer quelque chose mais je n’étais pas très à l’aise. Donc je me suis dit : « mais pourquoi pas reprendre une entreprise ? » Le Centre Hobson était à la vente parce que Jacqueline Hobson partait à la retraite. Il faut savoir que le Centre Hobson est une institution biterroise. Je me suis dit « Une école de langues, c’est vivant, ça me ressemble. » Donc je les ai contactés et j’ai passé un mois en duo pour pouvoir connaître l’activité, le monde de la formation linguistique parce je n’y connaissais rien. Après je suis curieuse de nature, donc je m’y suis intéressée, j’ai bossé, l’activité m’a beaucoup plu et j’ai commencé à faire tout mon business plan pour pouvoir racheter l’entreprise.

Il faut sortir de sa zone de confort et découvrir d’autres perspectives parce que chacun est capable de pouvoir faire de grandes choses

Delphine Belmonte

Il faut savoir se faire aider, chacune a des compétences particulières. Moi aussi j’ai ma valeur ajoutée. Donc je peux aider aussi les autres membres du groupe. Là j’ai de la chance d’avoir une équipe, mais souvent aussi on peut être seul, être auto-entrepreneur. Donc le fait d’avoir d’autres personnes à son écoute et qui nous aident, ça dynamise le business alors on se développe et on grandit toutes ensemble.

Vous faites partie d’un réseau ?

Oui, avec d’autres jeunes cheffes d’entreprise, nous avons créé un réseau qui s’appelle les Biz’terroises. Donc nous ne sommes vraiment que des femmes cheffes d’entreprise parce qu’on reste quand même une minorité et certaines ont un petit peu honte ou n’osent pas poser des questions voilà pourquoi on a créé cette communauté pour pouvoir s’entraider, partager. Personnellement ça m’a beaucoup aidée aussi pour me faire connaître et pour ajouter ma touche dans l’entreprise.

Il faut savoir se faire aider, chacune a des compétences particulières. Moi aussi j’ai ma valeur ajoutée. Donc je peux aider aussi les autres membres du groupe. Là j’ai de la chance d’avoir une équipe, mais souvent aussi on peut être seul, être auto-entrepreneur. Donc le fait d’avoir d’autres personnes à son écoute et qui nous aident, ça dynamise le business alors on se développe et on grandit toutes ensemble.

Qu’est ce qui vous motive ?

J’ai le goût du challenge. Et il faut que je me sente bien où je travaille, qu’il y ait de la convivialité, qu’il y ait une bonne ambiance, que les gens se sentent bien.

Après moi j’aime les gens !

Donc il faut que ça bouge, que ça soit dynamique, que ça soit jamais la même chose tous les jours.

Des conseils pour lancer un projet ?

On a qu’une vie ! Si on a vraiment une idée, un projet, il faut aller jusqu’au bout. On n’a rien à perdre, donc il faut s’écouter, se faire accompagner et ne pas rester seul. C’est ce qui m’a aidé. Il faut sortir de sa zone de confort et découvrir d’autres perspectives parce que chacun est capable de pouvoir faire de grandes choses et de participer à la dynamique d’une ville (Béziers pour moi). Et si une opportunité se présente, il faut creuser un petit peu, même si au final on y va pas, il ne faut pas avoir peur de se poser des questions.

Photo de couverture Delphine Belmonte ©Grizette.

ARTICLE SUIVANT