Vous voulez repeindre votre appartement mais vous ne vous sentez pas de le faire ? Pas grave, Frédéric va s’en charger. En contrepartie, vous garderez sa fille quand sa femme et lui iront au ciné. Explications.

À une époque pas si ancienne, il était fréquent de se donner des coups de main entre voisins. Mais aujourd’hui, qui connaît suffisamment celles et ceux qui partagent son palier pour leur demander de venir déboucher un évier ou descendre une machine à laver sur trois étages ?
Certes Facebook a permis de recréer un peu de ce lien. Mais compter uniquement sur la bonne volonté des copains via les réseaux sociaux pour organiser un déménagement ou une soirée sans enfant, c’est risqué. Et puis, il ne faut pas se leurrer, ça ne marche souvent que dans un sens.
Certains ont donc eu l’idée de mettre au point des sites entièrement dédiés à l’échange de services. Des plateformes pratiques, mais dont l’efficacité et le sérieux sont très variables. Sans compter que tout cela reste très virtuel…

Pour replacer pour de bon l’humain au cœur de tous ces échanges, des Québécois ont donc créé en 2002 L’Accorderie. Désormais implanté un peu partout en France, ce concept solidaire compte aujourd’hui 29 Accorderies (dont une à Montpellier), plus de 8 000 Accordeur-es et plus de 30 000 heures échangées ! Elle vient compléter l’offre proposée par une autre structure plus ancienne mais peu connue, le SEL.

Le Système d’Échanges Locaux

Les SEL sont les plus répandus des systèmes d’échanges de services. On compte aujourd’hui près de 350 SEL en France. Ils sont nés dans les années 80. Un Écossais vivant dans une région touchée par la crise eut l’idée de rationaliser les échanges de compétences entre les personnes. Ce “marché libre” prend la forme de réseaux à but non lucratif, implantés localement, permettant à ses membres de procéder à des échanges de biens ou de services avec une monnaie autonome (souvent basée sur le temps passé). Suivant les départements, la monnaie fictive pour troquer ses services peut prendre le nom de “grain de raisin”, “truffe”, “châtaigne”, “sourire”…

Proche des salines de la petite Camargue, le SEL de Montpellier a choisi le “grain de sel” comme unité d’échange, alors que le SEL de Toulouse utilise la “cocagne”. Il s’agit en fait d’une unité de temps permettant de partager des savoir-faire sur une base égalitaire, sans considération monétaire et spéculative. Un concept bien rodé mais qui pourra en déranger certains par son manque de structuration et de réactivité. Ainsi, pas de numéro de téléphone pour joindre le SEL de Montpellier, uniquement une adresse mail.

L’Accorderie

L’Accorderie est plus structurée et très active. À Montpellier, deux salariés y assurent une permanence plusieurs heures par semaine. « L’Accorderie vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion et à favoriser la mixité sociale », rappelle Dominique Schalchli, le président.
Pour ce qui est de l’échange de services à proprement dit, le principe est le même que dans les SEL. Une heure égale une heure, quelle que soit la nature du service échangé ou les compétences mises en œuvre. Après un premier rendez-vous permettant de faire le point sur ce que l’on recherche et ce que l’on a à offrir, on gagne ses galons d’accordeur-e. Un compte-temps est ouvert et 15 heures sont offertes à chaque accordeur-e pour permettre d’échanger des services immédiatement. Après, tout est imaginable et tentant : se faire coacher par un amateur de marathon pour enfin se remettre au sport, faire partager son goût pour la pâtisserie à des élèves motivés même si pas très doués, dépoussiérer son anglais avec une mamie british

Un système qui se développe aussi sur Internet

Mieux vivre dans son quartier avec autour.com

Son principe est malin, son interface bien pensée : lancé à Montpellier, le réseau social promet à ses adhérents de découvrir toutes les ressources de leur environnement immédiat, sous forme de petites annonces ou messages. Ainsi, les habitants de la rue Chaptal, exaspérés de voir des voitures y passer trop vite, découvrent qu’un collectif s’est créé à ce sujet. Quand on a perdu son chat ou que l’on cherche la meilleure baguette du coin, ça marche aussi.

L’échange de services entre particuliers avec Échange Service

Le principe ? Une plateforme de mise en relation qui vise à favoriser l’échange et le service entre particuliers. Il suffit de s’inscrire gratuitement et vous pouvez publier ou avoir accès aux petites annonces des 9 533 membres !

Cette liste n’est pas exhaustive, alors si vous-même connaissez d’autres structures d’échange de services, n’hésitez pas à partager en commentaire… vous contribuerez ainsi à l’économie collaborative 😉

Pour en savoir plus

Le SEL de Montpellier :  informations en envoyant un mail à secretariatsel@yahoo.fr
Le SEL de Toulouse

L’Accorderie, réseau national : informations générales sur le site
L’Accorderie de Montpellier
Page Facebook de l’Accorderie de Montpellier

Échange Service

Autour.com
Le blog de autour.com

Les PARTAG’heures

Les Troc’Heures

ConsoGlobe

Le Bon Échange

YakaSaider

Mon p’ti voisinage

Voisineo

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here