La ville, nouveau terreau de la planète

1176
jardins familiaux
©Ville de Montpellier

Jardins partagés : mais qu’est-ce qui pousse ces riverains à planter leurs petites graines sous le bitume ?

La Nature reprend ses droits un peu partout dans la ville. Des jardins partagés aux vergers pour tous, en passant par les murs végétaux et les toits-terrasse, le citadin met les mains dans la terre et il aime ça !
Pléthore de fruits et légumes, comme un pied de nez à la crise. Monsanto n’a qu’à bien se tenir, les graines se refilent sous le manteau pour faire vivre, encore et toujours, la biodiversité.
Nul besoin d’avoir des connaissances en jardinage. On s’aide, on se conseille, on s’échange des recettes, chacun amène son savoir-faire, sa passion. Véritables lieux de partage et de convivialité, ces potagers sont le lien social de la ville.

Alors, comment puis-je faire pour jardiner aussi et participer au développement de la biodiversité et de l’économie solidaire ?

Je peux commencer par joindre le service Montpellier Main Verte mis en place par la mairie de Montpellier, qui me mettra en lien avec l’un des jardins partagés gérés par les Maisons pour Tous. Le hic, c’est qu’il y a plus de demandes que d’offres et les listes d’attente s’allongent ! Je me console en venant tout de même aux ateliers jardinage du samedi, histoire de mettre un peu les mains dans la terre.

Nul besoin d’avoir des connaissances en jardinage. On s’aide, on se conseille, on s’échange des recettes, chacun amène son savoir-faire, sa passion.

Je peux aussi contacter les espaces verts de la mairie, afin de bénéficier d’un lopin de terre de 100 m² rien qu’à moi. Mais pour pouvoir posséder ce petit bout de terre, il me faudra avoir eu la chance d’être tiré au sort ! Raté pour moi cette année…

Je me tourne alors vers les associations : Terre Nourricière, Le Passe-Muraille, Apieu, États des Lieux, et bien d’autres encore. Toutes ont leurs particularités, mais elles ont comme point commun d’œuvrer pour un espace urbain différent et plus vert.

Autre solution : le site jepartagemonjardin.fr qui met en relation ceux qui possèdent un terrain – ou une partie de jardin inutilisée – et qui n’ont pas le temps – ou la connaissance – pour créer un potager, avec ceux qui n’en ont pas mais qui souhaitent cultiver. En échange, le jardinier offre une partie de la récolte au propriétaire (en général 20 %) ou lui apprend à jardiner. J’adore le concept !

Si vraiment je ne trouve pas ce bout de terre tant convoité, je peux toujours transformer mon balcon ou ma terrasse en mini potager. Reste juste à monter les kg de terre…

Bon finalement, je me réconforte en plantant une graine dans l’un des nombreux mini potagers improvisés sur les trottoirs de la ville : boîtes de conserves, pieds d’arbres, pneus, interstices entre les pavés… Une manière de rendre la ville plus verte et de mettre à disposition un garde-manger gratuit pour tous.

Alors remplissez vos poches de graines, parcourez la ville et ouvrez les yeux : vous serez surpris de trouver toutes sortes d’endroits pour y faire pousser la vie !

À vos graines, semez !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here