AMA-Pop

AMA-Pop : CULTIVER LA CULTURE DE DEMAIN

Une initiative régionale est en train de se mettre en place, qui a pour but de révolutionner notre rapport à la culture. L’idée ? Inventer ensemble une AMAP culturelle-coopérative où les spectateurs seront aussi acteurs, et créer un réseau solidaire de lieux et événements culturels participatifs.

De l’AMAP…

Ce projet culturel novateur s’inspire du principe de l’AMAP. Littéralement, AMAP signifie Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. La démarche permet à de petits agriculteurs de continuer à exercer leur métier en leur garantissant un débouché pour leurs récoltes. Concrètement : un groupe de consommateurs s’engage à acheter un panier (dont le paiement se fait à l’avance) de fruits et/ou légumes par semaine pendant une période donnée. Le principe consiste à établir un circuit de consommation court : l’exploitation maraîchère est dans la même région que le groupe de consommateurs. Les intermédiaires (boutiques, supermarchés etc.) sont supprimés : les fruits et les légumes vont directement des champs aux paniers !

… à l’AMA-Pop !

Cultivons notre différence et partageons-la ensemble !

AMA-Pop
AMA-Pop © DR

Tel est le slogan de l’association AMA-Pop (Association pour le Maintien de l’Artiste Populaire). Avant tout, c’est une AMAP culturelle : des “spect’actrices” et des “spect’acteurs” s’associent et construisent ensemble un réseau culturel.

Ce réseau est mis en place grâce à une association avec des acteurs culturels, mais aussi lors d’événements organisés pour l’instant des Corbières aux Cévennes.
Il y a aussi une réelle volonté de privilégier les productions locales socialement et écologiquement responsables pour rester dans la ligne directrice de l’AMA-Pop.

Ces événements culturels sont financés, imaginés et créés par ces spect’actrices et spect’acteurs (donc vous !), car c’est avant tout une aventure commune, de partage et de convivialité dans l’idée de faire découvrir une nouvelle façon de voir la culture. À la maison, en ville, à la campagne ou lors d’une balade, tous les lieux sont bons pour imaginer ensemble des événements autour de la musique et des spectacles vivants.

Enfin, c’est une volonté d’appliquer la culture aux idéaux d’égalité, de fraternité, de liberté, d’équité, d’économie sociale et solidaire, de développement durable et de démocratie participative qui sont à la base du projet. Grâce à cette démarche, l’idée est de faire partager la culture au sens large, pour ouvrir les esprits.

D’où vient cette idée ?

Paul-Marie Plaideau nous explique que l’idée est venue à la suite des luttes sociales de 2003 et 2004 : « Il s’agissait de proposer une alternative au monde d’aujourd’hui qui filait un mauvais coton ». Des actifs lancent la première AMAP de légumes autour de Montpellier en janvier 2004. « Mais alors pourquoi ne pas transposer ce concept à la culture et au spectacle vivant ? » se dit-il.
L’été 2009, un premier “laboratoire” d’AMAP culturelle voit le jour en région dans la Ferme AMAP du Lamalou au Mas de Londres, au pied du Pic Saint-Loup. Appelé “Un été à la ferme du Lamalou”, il s’agit pour les spectateurs de s’engager à l’avance à participer aux 3 soirées à la ferme. Le concept fonctionne. Dans le même temps sur le plan national, Olivier Lanoë met en place AMACCA – sorte de charte des AMAP culturelles – qui servira d’exemple.

Écoutez les explications de Paul-Marie sur l’AMA-Pop :

Dans la région Languedoc-Roussillon, Paul-Marie et ses amis décident de mettre en pratique cette culture différente :

  • lieu et accueil humains
  • souplesse des rituels
  • égalité salariale totale entre les participants professionnels
  • participation active des spectateurs (d’où le terme spect’acteur !)
  • choix artistiques compatible et en cohérence avec les idéaux de l’association

Aujourd’hui, il est temps de mettre en oeuvre cette aventure.

Comment ? Tout d’abord en organisant des événements culturels ensemble, puis en créant un réseau régional solidaire de lieux et événements culturels indépendants. Enfin, en réunissant des conditions particulières pour avoir la possibilité d’une évolution dans la relation spectateurs – professionnels du spectacle.

Un travail d’équipe

  • Paul-Marie : initiateur de l’idée d’AMAP culturelle. Il est coordinateur, programmateur artistique et chargé de production et de diffusion dans le spectacle vivant depuis 30 ans. Il est aussi au cœur des réflexions sociales sur le salariat et la discontinuité de l’emploi depuis 2003. C’est un homme passionné qui s’engage avec conviction à convaincre de mieux vivre tous ensemble.
  • Léna : artiste accomplie. Elle est chanteuse, danseuse, porteuse de projets artistiques. Léa pratique aussi le Shiatsu et elle est chercheuse animée en développement personnel et spirituel. Elle accompagne administrativement et humainement la construction de l’AMA-Pop. Elle participe également à la programmation artistique du projet.
  • Laurence : maquilleuse de spectacle et cinéma. Elle est aussi plasticienne et décoratrice. Laurence amène la touche esthétique et plastique au projet. Elle élabore et coordonne notamment le côté lumineux et visuel de l’AMA-Pop (images, photos, expos…). Elle participe à la réflexion en cours sur le projet.
  • Denis : photographe, réalisateur, graphiste…
  • Yoann : régisseur armoricain. Il assure la faisabilité technique des événements. Il illumine chaque lieu en étroite relation avec l’équipe paysagiste et décoratrice.
  • Maeve : présidente de On Dirait Le Sud (association fondatrice du projet d’AMA-Pop). Elle apporte son regard de paysagiste, graphiste et citoyenne engagée vers un monde écologiquement responsable. Avec l’équipe, elle imagine l’espace et son aménagement pour accueillir publics et artistes.

Si vous voulez soutenir ce projet – quels que soient vos moyens – vous pouvez faire un don.

Pour en savoir plus : la page Facebook du projet et le lien vers son histoire.

Lancement de l’AMA.-Pop., une AMAP culturelle (Association pour le Maintien de l’Artiste Populaire).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here