lundi 18 janvier 2021
Accueil Magazine Société 25 novembre 2020 Montpellier se mobilise pour la Journée internationale de l'élimination...

25 novembre 2020 Montpellier se mobilise pour la Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Dans le cadre de la Journée Internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre 2020, la Ville, la Métropole, le Centre Communal d’Action Sociale de Montpellier et son Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Élisabeth Bouissonnade, les associations qui accompagnent au quotidien les victimes (Centre d’Information du Droit des Femmes et des Familles et Via Voltaire) et l’Éducation Nationale s’unissent pour sensibiliser la population au problème des violences sur les femmes.

En France, en 2019, 146 femmes ont perdu la vie sous les coups de leur (ex)-compagnon ou leur (ex)-compagne, et on considère qu’une femme sur 10 subit de la violence dans son couple au cours de sa vie. Nous pouvons donc tou·tes connaître et aider une femme, en apprenant à repérer les signes et en lui permettant de contacter des professionnel·les. Pour lutter contre ces violences, un numéro national de référence est en place, le 3919. Pour continuer à sensibiliser la population et à lutter contre ces faits inadmissibles, une série d’actions est organisée autour du 25 novembre, date de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Les chiffres nationaux

En 2019, selon l’Observatoire national des violences faites aux femmes :

  • 146 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, soit une femme tous les 2,5 jours.
  • 41% avaient subi des violences antérieures.
  • 213 000 femmes majeures déclarent avoir été victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint sur une année.
  • Moins d’1 victime sur 5 déclare avoir déposé plainte (chiffres 2018).
  • 88% des victimes de violences commises par le partenaire enregistrées par les services de police et de gendarmerie sont des femmes.
  • 4 000 femmes majeures déclarent avoir été victimes de viol et/ou de tentatives de viol sur une année.
  • 9 victimes sur 10 connaissent l’agresseur.
  • 1 victime sur 10 déclare avoir déposé plainte (chiffres 2018).
  • 86% des victimes de violences sexuelles enregistrées par les services de police et de gendarmerie sont des femmes.

25 novembre 2020 Montpellier lance une campagne de sensibilisation en direction du grand public

À l’occasion de la Journée Internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020 Montpellier lance une grande campagne d’affichage pour sensibiliser l’ensemble des habitant·es et diffuser largement le numéro de téléphone national 3919. Les affiches rappellent la loi et les sanctions auxquelles s’exposent les auteurs de violences :

  • L’outrage sexiste : « Quelle que soit l’heure nous voulons le respect dans l’espace public ! », constitue un délit puni d’une peine de 750€ d’amende.
  • Le viol : « Pas d’amour sans consentement ! », est un crime puni de 15 ans ou plus de prison.
  • Le harcèlement psychologique : « T’es nulle ! T’es bonne à rien ! C’est ta faute ! Réponds quand j’te parle ! », est un délit puni d’une peine de deux ans de prison et 30 000€ d’amende.

Montpellier, première ville française dotée d’un centre d’hébergement pour les femmes victimes de violences

Ouvert dès 1979, premier centre de ce type en France, le centre Élisabeth Bouissonnade d’hébergement pour les femmes victimes de violences est une institution pionnière.
Ce centre assure trois missions principales :

  • hébergement et réinsertion de femmes victimes de violences et de leurs enfants,
  • accueil de jour,
  • gestion d’une plateforme téléphonique locale (écoute et accompagnement des femmes de violence).

La mobilisation du collectif Nous Toutes 34

Le samedi 21 novembre 2020 sur un appel du collectif national Nous Toutes, les Montpelliérain·es se sont mobilisé·es sur la place de la Comédie pour soutenir la lutte contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes et aux personnes perçues comme telles. Une centaine de personnes se sont ainsi réuni·es dans le respect des gestes barrières pour participer à une action forte et symbolique : la prise d’une photo-mémoire depuis les balcons de l’Opéra Orchestre National de Montpellier.

Accompagnées par les associations All Inclusive, Amnesty International, CQFAD, la Pride de Nuit, Les Mixeuses Solidaires, SOS Homophobie, En route pour l’Égalité et Zonta, ce sont en tout 108 militantes qui ont brandi au-dessus de leurs têtes des pierres tombales représentant les 99 femmes assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint et les 9 travailleur·ses du sexe assassiné·es dans l’exercice de leur profession. 

Les militantes du collectif local Nous Toutes 34 ont ensuite pris la parole pour dénoncer « les violences perpétrées par la société patriarcale sur les femmes et personnes perçues comme telles : injures, humiliations, menaces, discriminations, exploitations, agressions, coups, viols etc. »
Elles ont rappelé « la défaillance de l’État et de la justice dans l’accompagnement et la prise en charge des victimes de violences sexistes et sexuelles ».
Elles ont aussi rappelé que « les femmes et personnes perçues comme telles ne se tairont plus et qu’iels continueront à faire entendre leurs voix ».
Enfin, elles ont réaffirmé leur solidarité avec toutes celles et ceux qui luttent pour « construire une société débarrassée des inégalités, des rapports de domination et des violences qui en découlent ».

Pour animer le rassemblement, le collectif Sudakas Depatriarcalizada.x.s a interprété Un violador en tu camino – chant féministe de Las Tesis – et pour le clôturer, la chorale militante Cri du Chœur a interprété la magnifique et poignante Cancion sin miedo – chant féministe de Vivir Quintana ft El palomar.

LES NUMÉROS À RETENIR

Numéro national :
3919 – Violence Femmes info.
Appel anonyme et gratuit, 7 jours sur 7, du lundi au vendredi de 9h à 22h, les samedi, dimanche et jours fériés de 9h à 18h.

Numéro local CCAS / CHRS Bouissonnade : 04 67 58 07 03 du lundi au vendredi de 9h à 17 sauf le mardi matin.

En cas d’urgence, de danger grave et immédiat pour la victime :
Appelez le 17 – Police Nationale
Appelez le 114 – Numéro d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes ou sur la plateforme www.arretonslesviolences.gouv.fr
Appelez le 15 – Samu, en cas de besoin

Photo de couverture copyright Riccardo Mion-Unsplash.

ARTICLE SUIVANT