lundi 27 mai 2024
AccueilTalentsElles sont l'OccitanieTiffanie Baso - Magdeleine

Tiffanie Baso – Magdeleine

-

Tiffanie Baso, artisane designer a fondé la marque de mobilier Magdeleine. Elle crée des pièces élégantes, sensuelles et durables où l’humain rencontre la nature. Nous l’avons interviewée dans son atelier de Céret au pied des Pyrénées où elle puise une partie de son énergie créatrice.

Pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Magdeleine est une marque de mobilier en bois cintré. J’explore les collections de la maison. Ça peut être un fauteuil, une table basse… Ce sont des pièces fonctionnelles 100% bois, made in France et certifiées objets d’art. Le petit avantage, c’est qu’on peut utiliser son objet d’art pour la maison au quotidien.

Quel est votre parcours Tiffanie Baso ?

Depuis toujours, je suis passionnée par les métiers d’art. J’ai commencé avec une formation à l’Institut de Montauban. C’était une formation qui permettait de découvrir les métiers de l’artisanat et en même temps celui du design. J’avais choisi la menuiserie. Donc déjà c’était un développement de ma passion et après, je suis partie à Londres découvrir les métiers de la mode. J’ai travaillé là-bas, c’était très enrichissant, et après j’avais vraiment envie d’explorer un autre métier qui était celui de designer automobile. Donc j’ai exploré à fond ce métier avec un groupe pour qui j’ai travaillé et, en même temps, j’ai passé mon diplôme là-bas.

Pourquoi créer sa propre entreprise ?

Parce qu’en fait ça m’a apporté une richesse en plus, c’est-à-dire un autre défi. Un défi autant personnel que professionnel. Ça a comblé tous mes désirs et toutes mes attentes, sans savoir ce qui m’attendait, sinon je n’aurais peut-être pas pris le risque ou un peu plus mesuré. Je me suis lancée et pendant toute une année, j’ai travaillé dessus et je me suis dit : « Allez ! C’est ça que je veux faire et si ce n’est pas maintenant c’est quand ? Donc on y va ».

La persévérance c’est vraiment ce qui fait tout.

Tiffanie Baso
Qu’est-ce qui vous inspire ?

Je suis énormément inspirée par la nature et l’humain. Donc j’essaie de créer une vraie bulle d’équilibre sur ces deux notions. J’ai aussi un amour pour l’objet et la matière et j’ai beaucoup d’inspirations qui viennent d’Asie. Donc je viens accentuer toutes ces inspirations, ces idées, ces esthétiques autour du bien-être, de la nature. Parfois, quand je donne des noms à mes pièces, ça vient justement renforcer l’idée de création que j’ai mise derrière. J’espère que ça transparaît et ça permet d’avoir une grosse énergie dans la pièce lorsqu’on la met chez soi. C’est quelque chose de positif.

L’arrondi pour moi, dans un premier temps, ça passe par la technique de cintrage. Donc c’est celle de torsion du bois, c’est de venir chercher des courbes naturelles qu’on retrouve déjà dans la nature et aussi celles qui nous construisent nous-mêmes. Notamment sur la première chaise que j’avais faite qui reprend les courbes du dos. Autour de l’ergonomie et ça représente toutes ces formes naturelles qu’on a. C’est très intime, c’est élégant, c’est très féminin aussi. Il y a une intimité qui se crée entre le côté nature, objet et individu, donc nous-mêmes. On perçoit un meuble sensuel et délicat à la fois, léger et robuste. Donc c’est un peu aussi ce que j’essaie de faire transparaître. Même si ces pièces sont très fines de profil, elles sont durables et solides comme les arbres en fait.

Je suis passionnée de toutes ces choses qui sont un peu antagonistes, comme le travail de l’ombre et de la lumière qui s’opposent et qui se mêlent aussi et s’unissent. Donc en fait ça vient, en même temps, combler mes inspirations et renforcer aussi cette idée de contraste. Parfois, je le fais aussi, notamment pour la chaise et ma table basse, avec deux essences qui viennent justement renforcer ce contraste là, cette opposition et clair obscur avec le jeu de lumière qui se fait. Et moi-même, je découvre des effets de lumière et des jeux comme ça et je trouve ça magnifique.

Vous êtes accompagnée ?

Cela fait à peu près 4 ans que je suis accompagnée et hébergée par ma pépinière Vall-Up à Céret. Donc ça me permet surtout d’avoir un atelier pour pouvoir fabriquer mes pièces et du coup c’est vraiment un lieu où je peux recevoir ma clientèle et les personnes qui souhaitent découvrir ce que je fais.

Après je suis élue à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Pyrénées-Orientales. Et à côté aussi, je fais partie des Femmes Chefs d’Entreprises du département 66.

Ça m’apporte d’être connectée avec mon environnement, mais aussi c’est de ne pas être seule, de pouvoir échanger avec beaucoup de personnes qui font des métiers différents et qui, parfois, ont des conseils très précieux. Ou parfois juste se sentir comprise et écoutée, juste cette notion-là fait du bien.

Des conseils pour lancer un projet ?

Si on croit fort en son projet, d’être organisé et de bien mettre les choses en place pour aller de l’avant et après, je pense que la persévérance c’est vraiment ce qui fait tout aussi.

Photo de couverture Tiffanie Baso copyright Grizette.

ARTICLE SUIVANT