lundi 5 décembre 2022
AccueilTalentsElles sont l'OccitaniePetra Hartmann-Quinet - Lively.work

Petra Hartmann-Quinet – Lively.work

-

Petra Hartmann-Quinet a créé Lively.work, une société qui accompagne les entreprises pour les aider à affiner leurs stratégies, renforcer l’engagement des équipes ou résoudre toutes sortes de problèmes.

En quoi consiste votre activité ?

On a créé Lively.work pour aider les gens à retrouver de la joie dans leur travail. J’ai 20 ans d’expérience comme architecte. Et j’ai aimé ce métier-là parce qu’on peut construire un travail avec les autres. On échange l’expertise de chacun. Mais la réalité, malheureusement, est différente. Dans la construction le management est très hiérarchique et signifie qu’on ne collecte pas, qu’on n’écoute pas l’expertise de tout le monde. Et ça a détruit ma motivation à travailler.
Et c’est à ce moment-là, que j’ai trouvé Lego® Serious Play®. C’est une méthode qui me permet de construire, comme vous pouvez imaginer, mais aussi une méthode pour résoudre les problèmes. C’est un jeu sérieux avec les briques des Lego. « Jeu sérieux » veut dire jouer avec un but. Je cherche à résoudre un problème. Ce n’est pas jouer pour jouer, c’est du travail. On utilise cette méthode dans les ateliers. Ça veut dire : je pose une question à propos du problème de mes clients. Et chaque participant de cet atelier construit la réponse et chacun partage. J’utilise ainsi la petite brique Lego comme une métaphore.

D’où vient cette méthode ?

La méthode est originellement créée dans le but de trouver une stratégie d’entreprise. Dans les années 95, le patron de l’entreprise Lego Kjeld Kirk Kristiansen, a observé que ses réunions n’étaient pas très efficaces et manquaient de créativité. Et il a eu l’idée d’utiliser les briques de sa propre entreprise pour aider dans ses réunions. À ce point-là, il a cherché l’aide dans le monde universitaire pour développer cette méthode sur la base de la science.

Vous êtes facilitatrice, qu’est-ce que c’est ?

Je suis facilitatrice de la méthode. Ça veut dire que je crée des ateliers sur mesure en fonction des besoins de mes clients. Je ne connais pas la réponse, j’aide mes clients à trouver les réponses. L’avantage de cette méthode est le 100 % de participation. Dans une réunion traditionnelle, tout le monde n’écoute pas, on regarde son portable etc. Cela ne marche pas avec cette méthode. Chacun est écouté. C’est la force de cette méthode. De plus, grâce à une connexion privilégiée entre les mains et le cerveau, on peut sortir la connaissance de chacun aussi. Et, dans notre enfance, on a tous appris à construire des choses et on utilise ce savoir-faire que nous avons tous. C’est construire pour trouver la réponse.

Vous êtes installée dans le Gers, comment ça s’est passé ?

Au début, je me focalisais plutôt sur l’apprentissage de la langue. J’ai décidé de m’intégrer aussi dans la coopérative Canopé pour avoir un réseau local, mais aussi pour avoir la possibilité de travailler en équipe autonome. J’ai toujours ma propre activité, mais je travaille aussi plus ou moins dans une équipe. Et ça me manquait. Parce que dans le Gers, j’habite en pleine campagne. Et j’ai habité avant dans une ville. Ça a été un petit peu un défi.

Des conseils pour lancer un projet ?

Le plus important, c’est connaitre ses motivations : Pourquoi on fait ce qu’on veut faire ? Et la deuxième plus importante pour moi : On n’est pas obligé de faire seul. Peut-être qu’on pense qu’il faut faire seul. Peut-être qu’on pense qu’on peut faire seul. Mais ça manque toujours d’une vision extérieure. Il faut connaitre ses limites et accepter d’être aidé. Cela peut être un travail dans une coopérative, comme je fais moi-même ; ou un échange avec les autres entrepreneurs, une amie, ou encore un coach. Je pense moi-même que c’est très important d’avoir une autre perspective, extérieure, pour exister de façon pérenne et longtemps. Aider les gens à trouver de la joie dans leur travail. Parce que la joie donne une motivation intrinsèque. Ce n’est pas du bonheur, ce n’est pas une
sensation courte. C’est plutôt un sentiment profond, qu’on ressent si on travaille et qu’on sait qu’on fait quelque chose avec valeur. Et qu’on est apprécié pour son travail.


Merci Véronique et Xavier de L’Ours Brun, Café culturel pour l’accueil.

Photo de couverture Petra Hartmann-Quinet copyright Grizette.

ARTICLE SUIVANT