Bookcrossing

On reprend les bases : un livre, c’est un objet plus ou moins cartonné avec dedans plus ou moins de pages, parfois des photos imprimées, et des mots qui racontent une histoire ou expliquent des choses. Bref, l’ancêtre de l’e-book. En plus gros, donc, en plus encombrant ! Et une fois qu’on l’a lu, ce livre, on en fait quoi ?

La plupart du temps, il rejoint ses petits frères sur les étagères déjà pleines à craquer ou s’il est très joli ou très cher, il a les honneurs de la table basse du salon. Et en général, il y reste… fermé !

L’idée de départ, c’est qu’un livre qu’on a aimé, on a envie de le partager. Bien sûr, on peut le refiler à sa voisine ou à sa grand-mère, mais il risque d’y finir ses jours sans même avoir été ouvert. On peut aussi le revendre mais le bénéfice sera maigre !
Quant à le jeter, n’y pensez même pas ! Évidemment, si ledit livre ne vous appartient pas, rendez-le.
Pour les autres, il existe heureusement un concept original et beaucoup plus sympa : le Bookcrossing !

Le bookcrossing ou le plaisir de partager ses livres

Comment ça marche ? C’est tout simple, anonyme et gratuit.
On enregistre son livre sur Internet, on reçoit un code que l’on colle sur la couverture, et il ne reste plus qu’à choisir le lieu le plus approprié pour le déposer.
Un jardin public, le banc d’une place, une salle de ciné ou un fauteuil de l’aéroport pour un voyage longue distance sont des lieux idéaux. Un livre pour enfants (uniquement) pourra être libéré dans un square. Bref, n’importe quel endroit propice à la lecture, si possible à l’abri de la pluie.
Reste ensuite à espérer qu’il tombera dans de jolies mains et que son périple ne sera pas interrompu en étant bêtement jeté dans une poubelle !

On peut ensuite suivre son parcours en ligne puisque, comme il est expliqué sur l’étiquette, tout nouveau lecteur peut y indiquer l’endroit où il l’a trouvé… avant de le remettre en circulation.
On peut aussi « pister » les livres libérés, pour les fans de chasse au trésor.
Un livre en liberté, passant de mains en mains, en laissant chaque fois sa trace, créant une chaîne invisible, voilà une idée que Grizette trouve bien jolie !

Pour vous permettre de rejoindre la grande communauté des « libérateurs de livres » et adeptes de bookcrossing, les créateurs du concept et aussi le plus grand réseau international, il suffit de vous inscrire sur le site internet.

Si vous ne voulez pas passer par le Web, il vous suffit d’utiliser les nombreuses boîtes à livres disposés dans certains quartiers des villes, des endroits clés de l’espace public. 183 Montpellier notamment, les Arbres à Livres sont particulièrement jolis car designés par la talentueuse artisane du bois Miki Kaya ! Chacun pouvant contenir une cinquantaine d’ouvrages déposés généreusement par les riverains afin de leur donner une autre vie…