Objectif : 3 kilos de confiance en plus avant l’été

1250
Confiance By Grizette
© lassedesignen-Fotolia.com

Comment font ces filles radieuses à qui tout semble réussir ? Elles croient en leur bonne étoile et en leur sex-appeal.
Et si plutôt que de les envier, vous les imitiez ? Faites-nous confiance, ça marche.

Vous connaissez la théorie de la Scarlett Johansson ? On doit cette découverte à deux brillants esprits du début du 21e siècle, Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard. Elles l’ont développée dans leur best-seller “La femme parfaite est une connasse (lire notre interview). Après avoir scruté des dizaines de films et photos de l’actrice avec toute l’objectivité scientifique qu’il se doit, elles en sont arrivées à la conclusion suivante : ce petit cochon a fait croire au monde entier qu’il était une bombe sexuelle simplement en se comportant comme telle. « Finalement elle n’a rien d’exceptionnel. Soyons honnêtes, les hommes ne se retourneraient pas sur elle s’ils la croisaient dans la rue », constatent les auteures.

« Et pourtant, en se comportant comme un objet de fantasme, elle l’est devenue pour la plupart d’entre eux. La leçon à en tirer est simple : si vous vous comportez comme un canon, on vous verra comme un canon. Et inversement. »

confiance
© Serg Nvns – Fotolia.com

Jalousie ? Mauvaise foi typiquement féminine ? Il y a peut-être un peu de ça. Et en même temps, avec cette théorie, elles mettent le doigt sur une réalité connue de tous les spécialistes en développement personnel : le regard que les autres portent sur nous est directement influencé par le regard que nous portons sur nous-mêmes.

Mais voilà, comment faire quand ce regard, cette estime de soi sont mis à mal ? La blessure narcissique peut être ancienne, profonde.
Comme le rappellent Bénédicte Nadaud et Karine Zagaroli dans “Surmonter ses complexes, « l’amour ou la haine que l’on a de soi dépend de notre perception de l’amour reçu dans notre enfance, notre adolescence et même plus tard à l’âge adulte. Il faut parfois revenir sur des périodes qui peuvent avoir été vécues de manière douloureuse. Parfois, une aide extérieure est nécessaire. »

Mais le plus souvent, si les complexes sont bel et bien présents, ils ne sont heureusement pas pour autant invalidants.

Et un petit reconditionnement positif home-made peut suffire à redonner le sourire. Voici quelques exercices pratiques extraits du livre de Bénédicte Nadaud et Karine Zagaroli.
À pratiquer sans modération.

Acceptez les compliments

Quand on vous fait un compliment, entraînez-vous à dire simplement « je te remercie », sans vous sentir obligée d’ajouter « oui enfin tu sais tout le mérite revient à mon nouveau coiffeur » ou « tu trouves ? C’est juste la robe qui est bien coupée ». Dans un second temps, vous pourrez même essayer d’aller plus loin et dire : « oui je trouve aussi, je suis très contente du résultat ».

Apprenez à voir les défauts des autres

Choisissez une personne de votre entourage que vous admirez particulièrement. Si vous êtes assez proches, demandez-lui de vous parler de ce qu’elle n’aime pas chez elle, de vous raconter ses échecs. Une bonne façon de réaliser que même les personnes les plus sûres d’elles en apparence ont des complexes ou en ont eu. Sinon, contentez-vous d’énumérer pour vous-même ses imperfections physiques : elle n’a pas les dents droites ? Vous, si ! Elle a de grands pieds ? Les vôtres sont charmants ! Sans dénigrer cette amie pour autant, c’est une bonne façon de voir que personne n’est parfait. Pas même les modèles auxquels vous vous référez.

Consacrez votre énergie à vos points forts

La plupart d’entre nous avons souvent tendance à chercher à camoufler nos défauts au lieu de mettre en valeur nos atouts. Mauvaise idée : en se focalisant ainsi sur ce qui ne va pas, on entretient une dynamique négative et contraignante qui ne sera jamais totalement satisfaisante. Au contraire, en cherchant d’abord à embellir ses points forts, on avance vers une meilleure acceptation de soi et donc estime de soi. Vous avez du mal à lister ces points forts ? Faites un petit sondage parmi vos copines. Vous serez surprise d’apprendre que vos cheveux bouclés qui résistent à tous les brushings ou vos petits seins fermes en font rêver plus d’une.

Les Américains s’aiment plus que nous

Certains y voient une insupportable arrogance. D’autres envient leur inébranlable confiance en eux. Une chose est sûre, les Américains croient en eux et ce dès le plus jeune âge. Merci qui ? Leurs parents, qui les félicitent pour un oui pour un non et s’extasient en permanence sur leurs progrès. Leurs professeurs, fortement influencés par le mouvement « self-esteem » né dans les années 60 aux USA, qui accordent bien plus d’importance à leurs réussites qu’à leurs échecs. Un exemple à suivre ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here