La naissance d’une crème

1398
L'Occitane
© L'Occitane

Derrière nos potions de beauté, il y a tout un univers de scientifiques qui s’affairent en coulisses ! Zoom sur les étapes de fabrication d’une crème chez L’Occitane, une marque mondiale basée dans le Sud.

Pour découvrir comment est fabriqué un cosmétique, nous avons mis le cap sur Manosque, quartier général de L’Occitane en Provence.
Dans son usine ouverte au public, la marque fabrique tous les produits qu’elle distribue à travers le monde, qu’ils soient expédiés au Japon ou vendus à Paris. Pendant un parcours d’une heure avec une guide, les différentes étapes de fabrication d’une crème nous sont dévoilées. De la sélection d’un actif dans le labo au moment où un cosmétique exploitant ses propriétés atterrit dans notre salle de bain, il peut s’écouler de longs mois, voire des années !

L'Occitane
© Tatiana Tissot

Une fois que l’équipe chargée de la formulation a créé un produit – une crème par exemple – celle-ci va subir une batterie de tests avant d’être envoyée en production. La sécurité et l’efficacité de ses actifs est contrôlée, mais elle devra aussi obtenir l’aval du labo d’analyse sensorielle, piloté par Stéphanie Rivoire. Son rôle est d’évaluer la texture, l’odeur ou la sensation sur la peau d’un cosmétique. Une tâche qui ne peut être confiée à un robot, mais qui exige cependant une rigueur toute scientifique.
Une équipe d’experts est chargée d’analyser avec précision et objectivité ces critères, avec pour outils de mesure… leurs 5 sens ! Leur espace de travail est composé de petites cabines neutres, semblables à des loges d’artistes avec un miroir et un petit lavabo. Pour ne pas être influencés par le packaging, les échantillons à tester leur sont confiés déconditionnés. « En complément, on recueille aussi l’avis d’un panel de consommateurs ciblés, pour avoir leur ressenti subjectif sur un produit », ajoute Stéphanie Rivoire. Si les retours laissent à désirer, la formulation pourra encore être travaillée !

Avant d’être fabriquée en masse, notre crème devra aussi être habillée, pour séduire ! Un prototype de flacon est moulé dans du plâtre, d’après un dessin du directeur artistique… qui n’est autre qu’Olivier Baussan, le fondateur de la marque.
Dans les années 70, tout jeune homme, il a commencé à distiller des plantes, avant de vendre ses savons et cosmétiques artisanaux sur les marchés de Provence. Aujourd’hui, la fabrication se fait à grande échelle, même si la grande majorité des plantes sont toujours fournies par des exploitations du Sud.

L'Occitane
© L’Occitane

Dans l’usine : fabrication pas à pas

Quand la formule, le packaging et le marketing sont prêts, la production peut commencer.
Les 20 à 25 ingrédients nécessaires à la fabrication du cosmétique sont sélectionnés dans l’entrepôt des matières premières, et réunis sur une palette.

L'Occitane
© L’Occitane

Puis, dans une salle en surpression où l’air est soigneusement filtré pour éviter toute contamination, un technicien en combinaison, concentré, pèse chaque élément. Un ordinateur l’assiste, relié à trois balances permettant des mesures hyper précises. En cas d’erreur, le PC voit rouge : la recette doit être exacte. Le public peut d’ailleurs assister à ces scènes à travers de grandes vitres, car la nouvelle unité de production de l’Occitane – construite en 2013 – a été conçue pour dévoiler l’envers du décor aux curieux.

Étape suivante : les ingrédients seront mélangés dans un des 8 émulsionneurs du site, de grosses machines capables de brasser de 3 à 8 tonnes de produit dans leurs cuves.
Dernier rendez-vous avant que notre crème ne puisse voir la lumière du jour : la chaîne de conditionnement.

 » L’analyse sensorielle, c’est utiliser nos sens comme un outil de mesure, mais en assurant un avis objectif  »
Stéphanie Rivoire

On y observe la valse des flacons, qui sont remplis par des bras robotisés. Le travail d’employés en chair et en os est tout de même nécessaire pour manipuler certains contenants fragiles, que les bras mécaniques écraseraient sans scrupule. Observer la fabrication d’une crème de A à Z est étonnant ! Ici, pas de place pour le glamour, il règne une ambiance de froide précision scientifique dans ce monde industriel de machines et de salles blanches.

Des plantes, mais pas que !

L'Occitane
© L’Occitane

Alors, une fois en rayon, l’aventure de notre crème est-elle terminée ? Pas tout à fait, car les formules des produits commercialisés peuvent évoluer avec… les changements de législation !
Une équipe de juristes est chargée de les éplucher pour tous les pays où la marque est distribuée, afin de s’adapter au taux le plus sévère admis pour chaque ingrédient.
Un autre objectif est d’anticiper un éventuel scandale sanitaire à venir, en éliminant des ingrédients problématiques en amont. Car malgré un marketing axé sur les plantes et l’exploitation d’actifs tirés de végétaux, L’Occitane s’appuie sur des ingrédients de synthèse, et n’est pas à considérer comme une marque bio ou naturelle. Jean-Louis Pierrisnard, directeur scientifique depuis de longues années, explique l’importance des ingrédients chimiques dans son travail, comme les silicones, décriés pour leur côté polluant : « Les éléments synthétiques de nos parfums sont utiles pour les travailler, leur donner de la sensorialité. Les silicones permettent, eux, un bon étalement de la crème, mais on limite leur proportion à 5 % au maximum ».

Autre initiative, une équipe de quelques scientifiques – le pôle naturalité – est chargée de trouver des alternatives naturelles à certains ingrédients synthétiques, pour les cosmétiques déjà en rayon. À condition de les troquer sans dégrader la qualité sensorielle ! Crème, gel douche ou shampoing peuvent ainsi évoluer vers un produit plus vert, en toute discrétion…

Visiter l’envers du décor

Différents sites de fabrication de cosmétiques ouvrent leurs portes au public.
Les visites – sur inscription – sont souvent gratuites, mais les marques disposent savamment un magasin d’usine sur les lieux !

  • Visite de L’Occitane à Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence (04).
  • Unité de production Avène, à côté de la station thermale d’Avène, dans l’Hérault (34).
  • L’usine de Melvita à Lagorce, en Ardèche (07).
  • L’usine de parfumerie de Fragonard à Èze, dans les Alpes-Maritimes (06).
  • Les laboratoires de la marque de biocosmétiques Phyt’s à Caillac, dans le Lot (46).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here