Laetitia Koenig – LaetiPaniers

1115

Laetitia Koenig a mis sa vie professionnelle au diapason de sa vie personnelle : engagée pour l’environnement et un développement respectueux de notre planète. Sa belle idée c’est LaetiPaniers qui accompagne les Toulousain·e·s dans la découverte des producteurs locaux.

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

LaetiPaniers c’est un service de livraison de paniers de produits de producteurs de la région toulousaine. La livraison se fait à vélo soit sur le lieu de travail soit à domicile. Les clients commandent en ligne les produits ou les paniers. Nous proposons tous types de produits alimentaires qui se produisent autour de Toulouse : des fruits, des légumes, de la viande, du pain, des œufs, du fromage, de l’épicerie, des boissons. Soit ils achètent des paniers pré-confectionnés, soit ils choisissent eux-mêmes ce qu’ils souhaitent mettre dans leur panier. Je commande chaque semaine auprès des producteurs les produits, ce qui garantit leur fraîcheur puisque les maraîchers et les arboriculteurs récoltent uniquement ce qui a été commandé la veille de la livraison. Ils me les livrent et moi je les re-livre ensuite.

Comment vous êtes-vous lancée dans ce projet ?

Lorsque je suis tombée enceinte de mon premier enfant, j’ai fait un bilan de compétences parce que je réalisais justement que ça ne me correspondait plus, mon métier actuel… enfin celui d’ingénieur en mécanique ! Il en est sorti plusieurs idées et qu’il était évident qu’il faille que je change et j’entreprenne quelque chose. Ce qui pour moi n’était pas évident avant ce bilan de compétences. J’avais pour idée de changer mais pas forcément d’entreprendre. Suite à ce bilan de compétences, j’ai été suivie pour monter le projet et grâce à ça, j’ai pu faire des enquêtes auprès de clients, de producteurs, voir la faisabilité du projet.

Avez-vous rencontré des difficultés ?

La vie professionnelle empiète beaucoup dans la vie personnelle. Mais d’un autre côté c’est quand même aussi une chance parce que je peux réaliser ma passion dans mon travail, donc ça c’est bien. Et après, il y a des difficultés d’un point de vue… il y a beaucoup de domaines dans lesquels on doit travailler, que soit la comptabilité, le commerce, la communication… Moi par exemple, je n’étais pas du tout sur les réseaux sociaux avant, et donc il y a un an, je m’y suis mise et ça a été compliqué. J’ai commencé par Facebook, après Instagram… J’ai du mal et pourtant je me dis : « Je vais faire moi-même parce que c’est mon bébé, c’est mon projet, c’est mon activité ». Mais je pense qu’il faut se faire aider et savoir dire : « Là je ne peux pas, soit parce que j’ai pas le temps, parce que je ne peux pas tout faire, soit parce qu’il y a des personnes dont c’est le métier qui pourraient mieux le faire ou le réaliser beaucoup plus rapidement et professionnellement ».

Faites-vous partie d’un réseau ?

J’ai rencontré pas mal d’entrepreneurs par des soirées de réseaux, et je me suis rendue compte que le monde de l’entrepreneuriat et le monde des indépendants était vraiment grand et vaste, en tout cas sur Toulouse. Et qu’il peut y avoir vraiment des personnes de tous milieux. Les premières fois, j’avais peur d’aller vers les gens, parce que l’idée c’est d’aller vers quelqu’un, de se présenter et qu’il se présente, et j’avais vraiment peur de ça parce que je connaissais personne. Et on m’a dit : « Mais de toute façon les gens sont bienveillants, ils sont là pour rencontrer des gens, pour rencontrer des clients, des fournisseurs », donc du coup, c’est vraiment un monde très… très gentil, par rapport à ce que j’avais vécu dans le monde salarial !

Des conseils pour celles qui voudraient se lancer ?

Dans un premier temps, il faut être bien entourée. Alors déjà par son entourage proche, c’est-à-dire la famille et les amis proches parce que ce n’est vraiment pas facile de monter son projet, c’est beaucoup de sollicitations, beaucoup de peine et de joie. C’est bien qu’ils soient là pour les moments de difficulté où ils peuvent vous aider ou bien dans les moments de joie où justement on a envie de la partager avec nos proches.

Et puis les réseaux d’indépendants, ce sont des personnes qui vivent un peu la même chose que nous et qui peuvent soit nous aider, soit nous aiguiller vers des personnes qui peuvent nous aider dans les difficultés que l’on a. J’y suis allée une fois d’ailleurs avec mon mari pour qu’il puisse justement discuter un peu avec d’autres indépendants parce qu’il y avait des choses qu’il avait du mal à saisir. Le fait que la vie privée et la vie professionnelle n’est qu’une, ça peut être difficile pour l’entourage proche.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here