Son troisième album enchante les critiques et ses fans. Il écrit des textes pour Françoise Hardy et Julien Clerc. Élu l’homme le plus sexy de l’année 2007 par ELLE, il est sorti avec deux des plus belles actrices françaises.
Mais en interview, malgré un agenda ultra serré, c’est un garçon plein d’humilité et de douceur qui nous parle de sa passion pour la musique, le foot montpelliérain et… les lionceaux !

Julien Doré
© Yann Orhan
LØVE, c’est un album qui parle d’amour et de ta rupture avec Marina Hands ?
Julien Doré
Julien Doré – Album LØVE

Oui, il parle d’amour, mais attention, LØVE signifie avant tout lion en danois. Je suis tombé sous le charme de ce graphisme. Ce o barré me faisait penser à une boussole. D’ailleurs, avec des titres comme Viborg ou Paris-Seychelles, cet album, c’est aussi un carnet de voyages. Après, je parle effectivement de sentiments amoureux, de séparation. Mais je ne fais que décrire ce que l’on a tous traversé. Ce sont des émotions universelles.

Pour ton précédent album, tu posais avec un bichon. Cette fois, tu tournes avec un lionceau. Que faut-il voir dans cette évolution ?

C’était la continuité du titre de l’album. Le lion est un animal fort, solaire, c’est la connotation que je voulais donner à ce disque. Mais le lionceau, c’est aussi la part d’enfance que l’on porte tous en nous. Et puis je n’avais jamais approché un lionceau de ma vie, c’était l’occasion ou jamais de réaliser ce vieux rêve.

On écrit plus facilement quand on est triste ou quand on est heureux ?

Je ne sais pas, je ne m’étais jamais posé la question. C’est vrai que les textes sont venus très rapidement, c’était assez limpide. Une chose est sûre, écrire permet de sublimer la souffrance. C’est aussi pour ça que j’ai collaboré avec Clément Agapitos et Baptiste Homo du projet OMOH. Je voulais que leur musique groovy fasse danser les gens sur des textes mélancoliques. Le contraste me plaisait.

À tes débuts, après avoir remporté La Nouvelle Star, tu disais avoir l’impression de manquer de légitimité. Ça va mieux ?

J’ai pris confiance en moi. Faire de longues tournées, composer mes albums, écrire pour d’autres artistes m’a permis de m’affirmer et de trouver ma place. Je me suis entouré de collaborateurs et amis talentueux qui forment aujourd’hui une véritable famille artistique dans laquelle je me sens bien. Là, je prépare la tournée qui va durer jusqu’à cet été, voire peut-être décembre 2014. Oui, je suis heureux.

Alésien d’origine, tu as vécu à Montpellier. Que représente pour toi cette ville aujourd’hui ?

Elle me rappelle que j’étais un enfant tiraillé entre le Gard et l’Hérault. J’y ai vécu enfant avec mes parents. J’y ai passé beaucoup de temps entre 14 et 17 ans. J’ai été heureux d’y revenir pour jouer au Rockstore et au Zénith, je compte d’ailleurs bien remettre ça. Le Sud, les Cévennes, ça restera toujours ma maison, c’est là où je viens me reposer et me ressourcer. Et puis Montpellier, évidemment, c’est le MHSC, le meilleur club de foot de France !

Julien Doré
© Yann Orhan

Plus d’infos

www.juliendoreofficiel.com
J
ulien Doré, gagnant de La Nouvelle Star 2007

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here