Brigitte, uniques et plurielles à la fois

S’amuser sur scène et passer du temps avec leurs enfants, sortir sans maquillage et enfiler des tenues ultra-sexy… Les talentueuses Sylvie Hoarau et Aurélie Saada veulent pouvoir tout faire, comme nous. C’est pour ça qu’on aime tant leur duo. Et qu’on a voulu en savoir un peu plus sur elles.

Brigitte
© Dimitri Coste

Elles sont inséparables, elles habitent le même quartier et ce matin encore, elles faisaient un jogging ensemble. Mais cet après-midi, c’est Sylvie qui répond à mes questions avec un naturel désarmant, s’inquiétant même de mes quintes de toux. Sylvie, reconnaissable sur la précédente tournée avec ses grandes lunettes noires et sa bouche rouge baiser. Cette fois, c’est avec un look de jumelles glamour à souhait que l’on retrouvera sur scène les deux chanteuses et amies.

Textes, musiques, arrangements, clip… D’où vient ce besoin de tout faire vous-mêmes ?

Quand Brigitte a commencé, on n’a pas eu le choix, personne ne voulait travailler avec nous ! Alors on a avancé seules puisqu’il le fallait bien. Mais finalement on s’est rendues compte que ça fonctionnait, qu’on aimait cette liberté, cette maîtrise totale du projet. Pour ce deuxième album, on est même allées jusqu’à créer notre propre label, B-Records.

Dans l’ensemble, les textes de “À bouche que veux-tu” sont plus légers que ceux du premier album. Ils collent mieux à votre état d’esprit actuel ?

Nos chansons nous racontent, avec nos hauts et nos bas. Le premier album a rencontré un tel succès, on s’est tellement amusées au cours de la tournée avec notre équipe que forcément, ça se ressent sur le second album. Mais on revendique le droit de chanter des choses très légères sur un air de disco comme celui d’évoquer des choses plus intimes, la difficulté à tomber enceinte par exemple, dans « Je veux un enfant ».

Vos enfances ont été marquées par des pères absents, vos premiers groupes respectifs avaient du mal à décoller… Pourtant, vous n’êtes jamais dans l’aigreur. Un secret ?

Des années de psychothérapie, pour toutes les deux ! Ça aide bien, je t’assure. De toute manière, être « contre » n’a jamais été constructif, l’énergie négative ça plombe. Si on veut avancer, il faut se défaire de ses envies de vengeance. Il faut s’amuser, danser, créer. Et se serrer les coudes aussi. Notre amitié nous porte, on s’est souvent mutuellement encouragées à oser.

Brigitte
© Dimitri Coste
Votre nouvelle image est plus sexy que jamais. Vous n’avez pas peur qu’on vous reproche d’en faire trop ?

Nous voulions des identités visuelles fortes, c’est totalement assumé. Il n’y a aucune provoc, aucun calcul derrière tout ça. Avec nos anciens groupes, on cherchait trop à coller aux envies des autres. Et à vouloir trop bien faire ça ne fonctionnait pas du tout ! Maintenant on se fait plaisir, on suit nos envies avec beaucoup de sincérité et le public le ressent.

Ta fille a 13 ans. Quel message transmets-tu au quotidien à la femme qu’elle sera ?

Quand elle me demande mon avis, je lui réponds souvent « fais ce que tu veux ». Pas dans le sens « ça ne m’intéresse pas, débrouille-toi » ! Dans le sens « suis tes envies, il n’y a que toi qui compte, ne fais pas attention au jugement des autres ».

Brigitte
© Dimitri Coste

Pour en savoir plus

Site officiel de Brigitte
Page Facebook

Brigitte

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here