Seed Ja, le duo musical franco-anglais nous emmène dans son univers chaleureux et contrasté de la Soul et du Rap français.
Montpelliérains, Joy (20 ans) et Anthony (29 ans), jeune couple dans la vie comme en musique, font des confidences à Grizette avant la sortie de leur album, prévu fin 2013.

seed ja
Seed Ja © Laurent Lecler
Vous êtes un duo atypique dans la vie comme au travail, racontez-nous vos débuts.

Joy : On s’est rencontré en février 2011 à Paris et on a créé Seed Ja rapidement. On a habité d’abord vers Saint-Tropez mais là-bas notre style musical Reggae/Rap n’a pas pris.
Anthony : Entre nous ça a tout de suite fusionné en amour et en musique. On a adoré le côté contrasté anglais/français, masculin/féminin. Deux mois après la création du groupe, on avait déjà une dizaine de textes et des amis nous ont proposé de chanter sur scène, ce qu’on a fait, c’était génial.

Pourquoi ce nom de groupe « Seed Ja » ?

Anthony : « Seed » c’est la graine en anglais, de Joy et Anthony.

Une anecdote de concert ?

Joy : On s’est d’abord pris pas mal de râteaux quand on a commencé vers Saint-Tropez.
Anthony : Notre fameux concert dans un mini-golf à Gassin où il n’y avait personne à part une trentaine d’enfants de 9-10 ans qui fêtaient leurs anniversaires. Mais toutes les scènes étaient l’occasion pour nous de nous entraîner, de nous faire connaître.

Vous êtes installés à Montpellier depuis peu, donnez-nous vos impressions, vos endroits favoris ?

Anthony : On a rencontré notre manager Telles qui nous a découvert sur le Net. Il nous a fait venir à Montpellier où nous avons donné un concert qui s’est très bien passé. On a aimé l’ambiance de Montpellier. Il y a une mouvance dans cette ville qu’on n’explique pas, les gens sont débrouillards et ouverts, on a joué dans la plupart des bars montpelliérains.
Joy : Et surtout, il y a le soleil ! Et nos endroits favoris pour sortir sont les lieux où on a de bons souvenirs comme Le Macadam, le Ohlala, La Belle Époque

Vous ne partez jamais en concert sans… ?

Telles : Sans moi ! (Rires)
Anthony : Et sans notre drapeau jamaïcain.
Joy : Même si on ne veut pas être identifiés comme un groupe de Reggae ! On intègre plein de styles différents.

Vos influences musicales ?

Anthony : Saian Supa Crew, Kerry James, Oxmo Puccino.
Joy : Lauryn Hill, NNeka, Die Anwoort.

Une chanson associée à Montpellier ?

Joy : C’est plutôt Montpellier qui s’associe à nous grâce au collectif « La Meute », que l’on a créé. Le concept est de faire venir chez nous des artistes montpelliérains pour composer ensemble.
Telles : C’est ce qu’on appelle des « One shot« . Ce sont des collaborations, des ateliers d’écriture à l’ancienne. Le défi est de poster la musique sur le Net dès le lendemain.

Un coup de cœur sur un artiste montpelliérain ?

Joy : Yocko Roi Lion est une très belle rencontre, mais tous le sont.
Anthony : La plupart des gens qui viennent chez nous sont des artistes que l’on apprécie beaucoup, et qui d’ailleurs deviennent des amis par la suite.

Votre dernière chanson « show me » marque vraiment le contraste entre vos deux univers, vos deux voix, vos deux langues, est-ce que vous portez pour autant le même message ?

Joy : C’est toujours le même message.
Anthony : Sauf que moi, je suis dans la dénonciation, alors que Joy est très optimiste au contraire.

Un petit mot pour nos lectrices ?

Joy : Best vibrations to all of you ! (Meilleures ondes à tous)

Plus d’infos

Site officiel de Seed Ja

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here