Rock et Glamour made in Montpellier

Un parcours de vie, c’est ce qui ressort lorsque l’on rencontre Bénédicte, la talentueuse créatrice montpelliéraine des bijoux Lécubénit is not dead.
C’est une femme charmante qui mêle rock et féminité bien maîtrisés, un cœur gros comme ça et beaucoup de passion aussi, le tout à l’image de ses créations. Son rapport à la mode ? Elle ne la suit pas.
Par esprit de contradiction ? Un peu ; préférant le décalage, et l’esthétique.

Lécubénit
Bénédicte © Laurent Lecler

Lécubénit c’est une histoire commencée au début des années 2000. À ses heures perdues et en grande consommatrice de bijoux qu’elle est, Bénédicte bidouille ses premières créations dans le seul but de remplir sa propre boîte à bijoux.
Mais la vie étant faite de rencontres et de hasard, un collier qu’elle porte, représentant des images pieuses et inspiré d’un voyage au Mexique, ne passe pas inaperçu. On lui fait alors remarquer que toutes ses bondieuseries détournées sont très « cul bénit ». Le nom est trouvé et se complétera un peu plus tard par un « is not dead ».

Bénédicte fabrique et distribue quelques pièces sur Montpellier, travaillant en parallèle dans la mode, continue sa vie, s’imprègne de ce qui l’entoure.
Mais un voyage à Bali va radicalement changer sa vision des choses. Elle y reste quelques mois, imagine et crée une collection mélangeant les genres : Rock, Hip-Hop (le fameux collier Ghetto Blaster qui sera son tout 1er modèle), religion, tatouage, typographie.

bracelets Lécubénit
© Lécubénit

Les matières sont nobles : argent massif, strass de Swarovski, cornes et os sculptés à la main, onyx et corail. La finesse des traits, les détails tout particuliers font de ses bijoux de pures merveilles.
Le succès est immédiat avec des points de vente dans le monde entier, une large diffusion que Bénédicte décidera pourtant de limiter afin de revenir à des petites séries, ce qui confère un côté unique à ses modèles.

On craque devant ses chapelets têtes de mort et corne en os, ses bagues « Jésus Christ Superstar » ou « God save the Queen » et le bracelet « Amour gloire et Beauté » ou « Life is a joke » car Bénédicte ne manque pas d’humour.
Sa clientèle ? Des femmes de tout style mais également des hommes puisque chaque bijoux est adapté à ces messieurs, les bagues allant notamment jusqu’au 64.

Bague Lécubénit
© Lécubénit

Retrouvez ses créations sur le site internet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here