Léa Fehner
Léa Fehner © Rozenn Quéré

Entre réaliser des films et devenir maman, Léa Fehner n’a pas envie de choisir. Et c’est en allaitant son bébé que la jeune réalisatrice nous a parlé de son second long-métrage, Les Ogres.

Une péniche et un chapiteau : voilà les deux images que Léa Fehner garde de son enfance dans la région toulousaine. En effet, la réalisatrice du flamboyant Les Ogres, sorti le 16 mars dernier au cinéma, a longtemps vécu sur une péniche avec ses parents, acteurs de théâtre itinérant (ils dirigent l’Agit, à Toulouse, et c’est leur histoire qui lui a inspiré le film).

Grande cinéphile et passionnée d’écriture, Léa ressent à 18 ans « le besoin de prendre un peu de distance » et part étudier le cinéma à Nantes (Ciné-Sup), puis en Belgique (INSAS), avant d’intégrer en 2002 le département scénario de la prestigieuse Fémis, à Paris.

Quatre ans plus tard, la jeune femme obtient son diplôme avec les félicitations du jury. Le scénario très abouti sur lequel elle a planché pendant toutes ces années intéresse rapidement plusieurs producteurs. Qu’un seul tienne et les autres suivront, long-métrage étonnamment maîtrisé sur l’univers carcéral qui réunit Reda Kateb, Farida Rahouadj et Pauline Étienne dans les rôles principaux, sort en 2009 et reçoit le prestigieux prix Louis-Delluc du premier film. Un parcours sans fautes !

Adèle Haenel dans "Les Ogres" de Léa Fehner © DR
Adèle Haenel dans « Les Ogres » © DR

Un film hybride entre théâtre et cinéma

Pour sa seconde réalisation, Léa Fehner change de registre : « J’avais envie d’un cinéma de tribu et d’un film lumineux. Je voulais parler de ces ogres de mon enfance qui sont à la fois de grands amoureux et des gens qui prennent toute la place, de leur liberté et de leur absence de peur pour faire des choix de vie un peu à la marge. »

Léa Fehner
« Les Ogres » de Léa Fehner © DR

Au casting de ce film tourné en Aquitaine et en Languedoc-Roussillon, elle a associé quelques acteurs habitués à la caméra tels que Adèle Haenel, Lola Dueñas ou Marc Barbé, à des comédiens de théâtre comme… ses parents, qui apparaissaient déjà dans Qu’un seul tienne et les autres suivront.

Léa Fehner
Les parents de Léa dans « Les Ogres » © DR
Léa Fehner
Les Ogres, sorti en salles le 16 mars 2016.

Mais pourquoi avoir laissé passer autant de temps (6 ans) entre les deux films ? « Tout simplement parce que je suis une femme et que j’ai eu deux enfants ! » répond la réalisatrice de 34 ans, qui a testé deux méthodes sans trouver de recette magique : « J’ai eu mon premier enfant après avoir fait mon premier film, alors que pour le deuxième j’ai tout fait en même temps… Mais c’est fatigant ! » Elle ajoute : « J’ai aussi eu besoin de temps pour réinventer ma pratique. Je voulais rendre les choses joyeuses, même en parlant de deuil et de couples qui se déchirent. »
Pari réussi : le vent de liberté et la folie douce qui flottent sur Les Ogres en font un film à part, une vraie bouffée d’air frais !
Les premiers spectateurs ne s’y sont pas trompés puisqu’au mois de février, le film a reçu le très convoité Big Screen Award (Prix du public) du Festival international du film de Rotterdam. Prix que Léa Fehner est allée chercher… avec son bébé !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here