mercredi 8 février 2023
AccueilTalentsElles sont l'OccitanieCaroline Bouet - Les récréations créatives

Caroline Bouet – Les récréations créatives

-

Caroline Bouet est une créative aux multiples talents. Des bijoux à la production de contenus pour internet, cette passionnée évoque son parcours et nous présente son agence : Les récréations créatives.

Pouvez-vous nous présenter Les récréations créatives ?

J’ai créé une agence créative sur laquelle il y a différentes facettes, une première avec l’animation d’événements créatifs pour enfants et pour adultes. La deuxième facette de mon activité, c’est la formation en ateliers créatifs et en maquillage artistique pour des gens qui sont déjà professionnels. Et la troisième facette est la création de contenu Do It Yourself. Là, j’interviens aussi pour des professionnels et ça peut être des médias, le monde de l’édition ou des marques, pour faire des tutoriels créatifs pour enfants ou adultes, en photo ou en vidéo.

Quel est votre parcours Caroline Bouet ?

J’ai suivi un bac littéraire option arts plastiques. Après, j’ai fait un BTS de Communication visuelle à Montpellier. Du coup, j’ai voulu démarrer dans le monde de la communication visuelle et du graphisme. Ça n’a pas du tout fonctionné. Je n’ai jamais réellement trouvé de poste dedans et je me suis rendu compte que de toute façon, le fait de passer tout mon temps devant un ordinateur ne me convenait pas du tout. Et puis j’ai découvert qu’il y avait un DU d’Art-thérapie à la Faculté de Montpellier. J’ai fait ce DU sur deux ans en parallèle de petits boulots alimentaires. Ça m’a vraiment plu, j’ai retrouvé le côté créatif et aussi le côté humain. Du coup, j’ai réussi à trouver des postes dedans et j’ai travaillé comme art-thérapeute pendant à peu près deux ans et demi.

C’était super enrichissant et je me suis rendu compte du véritable pouvoir qu’avait la création sur l’humain. C’est vraiment un moyen différent de permettre de dire les choses quand on ne peut pas les dire de manière verbale parce que c’est trop compliqué. Et puis, à cette époque-là, je suis devenue maman et pour moi, c’était difficile d’arriver à gérer un poste comme ça à temps plein et mon petit bébé qui venait d’arriver. Donc j’ai pris la décision d’arrêter et de me lancer à mon compte.

On utilise bien notre potentiel créatif ?

Pas du tout ! On utilise très peu notre potentiel créatif. En fait, c’est quelque chose qu’on a d’inné en nous et qu’on développe beaucoup quand on est enfant. On le perd complètement pour la plupart en tant qu’adulte parce qu’on se met trop de barrières. On va à la salle de sport pour muscler nos muscles physiques, et pour muscler notre créativité il faut aussi la travailler, la booster et la nourrir un petit peu au quotidien. Soit on n’ose pas parce que l’on va se dire qu’on n’a pas la capacité, qu’on n’est pas créatif, qu’on ne sait pas faire, donc on se met une barrière et on n’ose pas franchir le pas. Soit on va se dire qu’on n’a pas de temps, ce qui est complètement faux parce que le soir quand on est avachi devant la télé pour regarder une série, le temps, on le trouve bien. Ou alors que ça demande trop de moyens, trop de matériel, que ça coûte trop cher, etc. Ça, c’est encore une barrière qu’on se donne.

Et dans le monde professionnel ?

Je trouve qu’aujourd’hui on est quand même dans une belle dynamique parce qu’il y a de nouvelles formations et de nouveaux types de management qui voient le jour, qui viennent de différents pays et qui permettent de booster un petit peu tout ça. Il y a des années en arrière, j’aurais dit qu’effectivement pas du tout, mais là, ça commence à être innovant et notamment avec cette tendance de la QVT (Qualité de Vie au Travail), qui est vraiment dans une belle dynamique. En fait, la QVT c’est le bien-être en entreprise qui permet de proposer régulièrement à ses salariés des temps un petit peu informels, qui, mine de rien, vont leur permettre d’être plus efficaces dans leur travail.

Vous faites aussi des livres ?

C’est la partie création de contenu de mon entreprise, j’en fais depuis des années mais au début pas forcément de manière professionnelle. Au tout début de mon activité, j’ai été créatrice de bijoux et blogueuse comme un bon nombre d’entre nous. Il y a une dizaine d’années, on a démarré comme ça.

J’aimais bien aussi proposer des petits « pas à pas » tutoriels. À l’époque, je travaillais beaucoup la pâte Fimo, la feutrine, etc. Donc j’ai inventé des petits modèles, des petits prototypes et petit à petit, j’ai été contactée par des marques pour le proposer de manière plus professionnelle. Récemment, il y a un an, une maison d’édition m’a proposé de faire un livre de loisirs créatifs pour les enfants sur le thème du Japon. C’est un super projet, super enrichissant. Je ne pensais pas du tout le mener un jour, même si c’est quelque chose qui m’intéressait.

Comment vous êtes-vous lancée Caroline Bouet ?

Au tout début, je ne savais absolument pas où ça allait me mener et surtout pas que j’allais en arriver au stade d’aujourd’hui. Donc je me suis laissée porter. Il y a juste au niveau administratif où je me suis faite accompagner. J’avais déjà eu un statut de micro entreprise quand je faisais du bijou, qui allait très bien, mais là, pour quelque chose d’un peu plus élaboré, je ne savais pas si c’était réellement le statut le plus intéressant parce que j’avais quand même beaucoup d’achats de marchandises.

Pour mon conseil dans mon activité, dès le démarrage, je suis allée rencontrer la coopérative Mines de Talents à Alès. Elle permet aux entreprises de se lancer de manière simplifiée et avec un accompagnement administratif.

Quand on a son entreprise, souvent on est tout seul chez soi, donc je fais vraiment en sorte d’aller rencontrer du monde. Il y a plein de réseaux professionnels qui existent et auxquels je participe, ça m’a permis de poser les jalons et de discuter avec des gens qui étaient déjà installés pourtant dans des entreprises qui n’ont absolument rien à voir et qui ont pu me conseiller. Et c’est vraiment ce réseau qui a fait que petit à petit, je me suis fait connaître et mon activité s’est développée, est devenue de plus en plus professionnelle.

Des conseils pour lancer un projet ?

Faites-vous confiance, osez et croyez en vous.

Caroline Bouet

Le premier, c’est d’oser et de ne pas forcément écouter les gens qui sont autour de vous parce qu’ils pensent toujours avoir des bons conseils, mais ce n’est pas forcément ceux qui sont bons pour vous. Donc faites-vous confiance, osez et croyez en vous.

Et le deuxième conseil, c’est de ne pas attendre que tout soit parfait. Ne pas attendre que votre site internet soit absolument parfait et mis en place. Par exemple, si vous y proposez de la formation, que votre contenu de formation soit impeccable, etc. Sinon, vous allez y passer des mois et ne jamais démarrer. Donc lancez-vous même quand c’est au tout début.

Photo de couverture Caroline Bouet copyright Grizette.

ARTICLE SUIVANT