lundi 5 décembre 2022
AccueilTalentsElles sont l'OccitanieCamille Romero - Amespinso

Camille Romero – Amespinso

-

Camille Romero est une slasheuse d’un genre un peu particulier. L’hiver, elle est pisteuse secouriste avec la spécialité de maître-chien d’avalanche et l’été, elle exerce la profession de peintre décoratrice et créatrice de décoration murale. Elle nous parle avec passion de ses deux métiers de cœur.

Pouvez-vous nous parler de votre métier de pisteuse secouriste ?

On commence dès le matin, on ouvre les pistes. On regarde s’il y a un danger potentiel, si la piste est ouvrable ou non. On vérifie le jalonnage, tous les petits piquets qui se trouvent sur le bord des pistes, c’est très utile pour ne pas se perdre en cas de brouillard. Et après, tout au long de la journée, on vérifie l’état des pistes et bien sûr on porte secours aux personnes en difficulté.
Le chien m’accompagne toute la journée. Donc, tous les jours où je travaille, lui travaille aussi. Il est au poste de secours, présent en cas d’avalanche sur le domaine skiable. Hinèou a pris sa retraite au mois d’avril parce qu’il a 10 ans. Donc cet hiver, il ne m’accompagnera pas sur les pistes. Mais j’ai Soun qui est en cours de formation. On va croiser les doigts pour que ça marche.

Que faites-vous pour lui apprendre ?

Il y a des exercices d’obéissance, de familiarisation entre les chiens, parce qu’ils sont amenés à travailler ensemble. Il y a aussi des exercices de recherche. Il faut savoir que le chien ne part pas sauver quelqu’un, il part pour jouer avec la personne qui va être sous la neige. Donc notre travail dans le dressage, c’est de donner envie au chien de jouer avec quelqu’un, même s’il ne le connaît pas. En forêt ou dans la neige, on cache et on ensevelit nos collègues de plus en plus et le chien doit le trouver pour jouer avec. On fait travailler les chiens de chacun comme ça.

Comment est née cette envie de travailler avec un chien ?

Quand on était petits, à la station, il y avait des portes ouvertes. Les pisteurs et tous les métiers de la station faisaient des démonstrations, dont un maître-chien qui faisait travailler son chien. Le travail du chien (pas forcément le maître) m’a toujours fascinée. À l’époque, j’avais très peur des chiens. Donc pour moi, c’était attirant mais à la fois effrayant. Et au final, après, je n’ai plus eu peur des chiens, j’ai gardé cette idée en tête, et voilà.

Vous avez dessiné et écrit un livre…

J’ai écrit, illustré, auto-édité un livre sur le travail du chien d’avalanche. C’est pour expliquer aux enfants comment fait le chien pour trouver les personnes dans la neige, pourquoi il le fait et aussi, ce qu’est une avalanche. Et c’était aussi pour répondre à toutes les questions de ma fille : “Maman, pourquoi tu pars travailler avec le chien ?”, “Et pourquoi la maman de Mélinie n’a pas de chien au travail ?”, “Qu’est-ce que c’est une avalanche ?”

Hinèou ©DR

Donc j’ai commencé à lui faire des petits dessins pour lui expliquer. J’ai cherché des livres sur le thème et je n’en ai pas trouvé, du coup, je me suis dit : “Pourquoi ne pas tenter l’expérience ?” J’ai fait une campagne de financement participatif et ça a fonctionné. Et je me suis retrouvée à finir mes dessins vite, vite, vite pour que le livre sorte quelques mois plus tard. Et ça a bien marché !

Quel est votre métier pendant l’été ?

Je suis peintre décoratrice. J’ai passé le bac pour ça, puis les Beaux-Arts… J’ai arrêté les Beaux-Arts parce que ça ne me correspondait pas. Finalement, j’ai appris un peu en autodidacte et un peu avec mon grand-père qui m’a pris sous son aile. Ça, c’était plutôt cool. Je fais tout ce qui est peinture intérieure, principalement. Là où je m’éclate, c’est dès que ça devient un peu compliqué. Donc tout ce qui est fresque… Donc ça, je me régale. Les tadelakt, les peintures à la chaux, les trompe-l’œil, j’aime bien aussi. Je n’ai pas la clientèle pour ça, mais j’aime bien faire ça, oui.

Des conseils pour lancer un projet ?

Si on a une idée en tête, il faut le faire.

Camille Romero

Si vous vous sentez capable, il faut y aller. Il ne faut pas écouter tout le monde. Si on écoute tout le monde, on ne fait rien de sa vie. Si on a une idée en tête, il faut le faire. Pour tout ce que je fais dans ma vie, c’est comme ça. Qui ne tente rien n’a rien ! Si on ne tente pas, on ne peut pas dire : “Ça n’a pas marché !” Alors que si on tente… Si ça marche, tant mieux. Si ça ne marche pas, tant pis. Au moins on aura essayé.

Camille Romero et Hinèou ©DR

Photo de couverture Camille Romero copyright Grizette.

ARTICLE SUIVANT