Mathilde Perraud – Budd’it

1368

Mathilde Perraud a créé « Budd’it », une application qui met en relation les commerçants et leurs clients. Une idée qui a pris corps avec l’équipe qu’elle a rencontrée lors d’un startup weekend !

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

Budd’it c’est une communauté de consommateurs-acteurs que l’on appelle les « buddies ». Buddy ça provient du mot « pote » en anglais et l’idée, c’est de créer une relation gagnant/gagnant entre les consommateurs, les marques et les commerçants. Donc c’est une application mobile géolocalisée qui permet à nos buddies de se rendre dans les points de vente afin de compléter des missions, répondre à des questionnaires géolocalisés pour collecter toutes les données qui permettront à l’enseigne d’améliorer ses points de vente et principalement l’expérience que l’on vit dans ces établissements.

Comment avez-vous eu cette idée ?

L’idée est venue à la base d’un projet d’école. J’étais en Master en Marketing Digital à l’IAE de Montpellier où j’ai commencé à développer ce projet. Pendant mes études, j’étais à mon compte et donc je faisais de l’accompagnement, du conseil en marketing digital pour des start-up, des institutions, des PME de la région et à mi-temps, je développais ce projet, j’ai commencé à évaluer certaines pistes, et à participer à des concours.

Monter sa boîte, c’est un plan de carrière ?

Tout ça, c’est vraiment une suite de hasards, de chance, de rencontres, c’était vraiment pas du tout calculé. Quand je suis arrivée à Montpellier, je ne savais pas ce qu’était un incubateur, je ne savais pas ce qu’était une start-up.

Être une femme entrepreneure, c’est plutôt un avantage ?

Depuis la maternelle jusqu’au master, c’est parce qu’on travaillait bien, c’est parce qu’on travaillait beaucoup qu’on avait les meilleures notes. Et en fait… Je ne m’attendais pas à voir une telle disparité entre les hommes et les femmes, je ne m’attendais pas à être aussi en minorité en me lançant dans l’entrepreneuriat. Un des premiers concours que j’ai fait était réservé aux femmes et je n’y ai vu que des femmes… Et c’est après que j’ai commencé à entrevoir que effectivement, quand je participe à des événements entrepreneurs, on est deux ou trois femmes. Du coup oui, ça nous met en valeur parce qu’on est plus visibles. Lorsqu’on parle et lorsqu’on pitch et qu’il y a dix hommes et deux femmes, on se souviendra facilement des deux femmes. Pour le business, vu qu’on a  souvent à faire à des hommes, c’est moins évident de se faire entendre et pour les aspects financiers c’est aussi plus difficile, il faut se battre plus.

Des conseils pour les porteuses de projet ?

Ce qui m’a beaucoup servi, c’est le réseau. Il faut vraiment développer son réseau, participer à tous les événements, être vue, autant physiquement que “online”. Donc il faut être sur Twitter, il faut être sur Linkedin. Il faut être partout, se faire voir, se faire entendre, créer des relations avec les personnes c’est hyper important pour tout type de projet, que ce soit entrepreneurial, intrapreneurial, des projets caritatifs, associations, tous les projets ont besoin… d’humain. En fait, c’est vraiment les relations humaines qui font que les projets avancent et si on ne connaît personne, si on n’est pas dans les réseaux, on ne peut pas avancer. C’est la base.

Il ne faut pas avoir peur d’y aller. Il ne faut pas attendre, ça ne sert à rien d’attendre.

Le seul risque qu’on prend à mettre en place des choses, c’est d’avoir des « non » ! Mais s’il y a une personne qui vous dit « non », peut-être que plus tard, elle vous dira « oui ». S’il y a une personne qui vous dit « non », il y aura une autre personne qui vous dira « oui ». Donc il ne faut pas avoir peur d’y aller. Il ne faut pas attendre, ça ne sert à rien d’attendre. Il faut parler avec les gens, il faut proposer des choses et si ce n’est pas exactement bien, si ce n’est pas exactement ce que les gens attendent, si ce n’est pas tout à fait la solution qui répond au besoin, si ce n’est pas parfait, c’est pas grave ! Il faut y aller, il faut commencer et les choses se perfectionneront avec les gens avec qui vous travaillez, avec les gens avec qui vous mettez en place les projets.

Comment faites-vous pour innover ?

J’écoute ! J’écoute les retours que l’on me fait par exemple de la part des buddies. Lorsqu’il y a des choses qui ne fonctionnent pas sur l’application, je les écoute, pour améliorer l’application. Pareil du côté client. Lorsqu’on leur présente la solution, on écoute leurs questions, on écoute leurs attentes et leurs besoins et on ajoute ces fonctionnalités si besoin, on modifie le produit si besoin, on leur propose de nouvelles solutions, en tout cas on améliore le produit ou la solution en fonction des retours qu’on nous fait. Il faut toujours être à l’écoute des utilisateurs puisque c’est comme ça qu’on leur répondra au mieux, c’est comme ça que nous leur fournirons une meilleure expérience utilisateur, une meilleure expérience client… avec Budd’it !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here