dimanche 26 mai 2024
AccueilTalentsElles sont l'OccitanieAudrey Bely - Abely Conception

Audrey Bely – Abely Conception

-

Ancienne sportive de haut niveau, Audrey Bely aime relever les challenges. Aujourd’hui, elle se consacre pleinement à sa passion pour l’architecture d’intérieur à travers son entreprise, Abely Conception, basée à Narbonne.

Pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Abely Conception est une société où j’ai la casquette de conceptrice en architecture d’intérieur pour une société qui s’appelle Narbonne Carrelage et pour des particuliers indépendants. Donc je crée des salles de bain et des intérieurs où je fais la décoration chez des particuliers ou des professionnels.

Comment ça se passe au quotidien ?

Je marche beaucoup par le bouche à oreille et les gens me contactent parce qu’ils ont un projet, soit un achat de maison qu’ils trouvent un peu vieillotte, soit une entreprise qu’il faut redynamiser. J’y vais et je pars toujours d’un objet de la personne. Elle me raconte son histoire, ce qu’elle veut et j’essaie toujours de partir d’un objet personnel de cette personne. Ça peut être un vase, une armoire, une table, un tapis… n’importe quoi pour recréer l’intérieur qui lui correspond.

Quel est votre parcours ?

J’ai démarré en 2014. J’ai ouvert un magasin de carrelage, salle de bain et de décoration pendant six ans. Au cours de ces six années, pour me perfectionner, j’ai passé une formation de conceptrice en architecture d’intérieur par correspondance qui a duré deux ans. Quand il y a eu le confinement, j’ai arrêté le magasin et j’ai voulu ouvrir ma propre société. J’ai intégré une entreprise qui a créé pour moi Narbonne Carrelage. Et c’est à partir de là que j’ai développé tout le concept de la conception d’intérieur.

J’ai été sportive de haut niveau pendant très longtemps, j’ai toujours fait du sport. Donc j’avais toujours quand même dans l’esprit un challenge, des objectifs. Il me fallait de l’adrénaline, les choses routinières ça ne m’allait pas. Avec toutes les expériences professionnelles que j’ai pu avoir, on m’a proposé de m’associer à chaque fois à l’entreprise où j’étais. Et ce goût de l’entrepreneuriat est venu comme ça : la liberté d’agir, la liberté de faire ce que je veux, comment je veux le faire. J’ai beaucoup appris de mes autres associations, mais quand on est seul, on ne suit que son chemin par rapport à ses expériences et c’est ce qui me plaît beaucoup.

Le rythme entrepreneurial avec maman, enfants et mari c’est du sport aussi… à haut niveau !

Audrey Bely
Comment passe-t-on de sportive à entrepreneure ?

C’est différent ! Par contre, on a tellement appris en étant sportive que la vie active est beaucoup plus facile. C’est un peu plus lent parce que c’est vrai que dans le sport, on se remet en question à chaque point, à chaque match, à chaque entraînement.

Dire ce qui ne va pas, pourquoi, comment je peux m’améliorer… etc. Dans l’activité et l’entrepreneuriat c’est un peu plus lent. On se remet en question, mais c’est quand même beaucoup plus long de tout changer au fur et à mesure. Mais ça nous apprend la patience. Le fait de toujours s’améliorer ça, c’est un truc qu’on a en nous et on a envie de se challenger souvent. Donc c’est une super expérience d’être sportive et de changer après. C’est vrai qu’à un certain âge on arrête le sport parce qu’on est fatigué. Et après, il y a la vie familiale, les enfants. Donc on ne peut pas suivre, mais le rythme entrepreneurial avec maman, enfants et mari c’est du sport aussi… à haut niveau !

Vous faites partie de réseaux ?

J’ai démarré dans un réseau, le BNI Narbonne Méditerranée, un groupe de chefs d’entreprise où on est 45 chefs d’entreprise. Ça m’a beaucoup aidée pour mon développement personnel. Ça fait quatre ou cinq ans que j’y suis. On m’a proposé d’être présidente de ce groupe, j’ai accepté. Encore une fois, je l’ai accepté juste par challenge pour savoir si j’allais y arriver. J’y suis arrivée parce que j’étais bien entourée. On s’entoure encore une fois d’une belle équipe. Et j’ai volontairement créé une équipe exclusivement féminine dans ce réseau, de femmes cheffes d’entreprise.

J’ai rejoint il y a deux ans les FCE, Femme Chefs d’Entreprises, grâce à la présidente Carole Marin qui m’a intégrée à ce groupe et où j’ai trouvé beaucoup de femmes du coup avec des profils différents, des métiers différents et sur lesquelles on peut compter et s’appuyer quand on a une question sur des problématiques d’entrepreneuriat, soit en comptabilité, en fiscalité, soit en management, en recrutement, en formation…etc. Voilà, plein de domaines différents.

Des conseils pour lancer un projet ?

L’envie et y croire vraiment. Voilà ! Mais je pense que dès qu’on a l’envie on peut tout faire.

Photo de couverture Audrey Bely copyright Grizette.

ARTICLE SUIVANT