Le zéro déchet : réduire son impact environnemental en consommant des produits éthiques et de qualité.

La question des déchets et de l’impact de l’homme sur la nature prend de plus en plus d’importance. Que vous soyez juste curieuses, sensibles à la question écologique, ou déjà largement engagées dans la protection de l’environnement, ce dossier zéro déchet est fait pour vous !

Selon son budget, le nombre de personnes dans le foyer ou les différents modes de vie, ce n’est pas toujours facile de consommer aussi sainement qu’on le souhaiterait. Manger bio, acheter sa viande à la boucherie et ses légumes chez le primeur, éviter les vêtements « made in Bangladesh », cela prend du temps et a un coût. Et même avec de la bonne volonté, on ne sait pas toujours par où commencer. Pourtant, en plus d’être précieuses pour l’environnement, certaines initiatives peuvent même nous faire économiser de l’argent.

Magasins d’alimentation sans emballages, boutique design à base de matériaux de récup’, associations luttant contre l’obsolescence programmée… voici quelques adresses à Toulouse où l’on peut consommer responsable sans se faire violence.

Ceci & Cela

En 2016, Louise Cardonna ouvrait la première épicerie zéro déchet à Toulouse où des pâtes au shampoing, des fruits aux gâteaux secs, du sucre à la farine, tout est « en vrac » ! Pas d’emballage carton, pas de bouteilles en plastique, pas de sacs à usage unique : la commerçante invite les clients à se rendre au magasin avec leurs propres contenants et à les remplir sur place ou à se servir des bouteilles et bocaux consignés à réutiliser ou rapporter.

zéro déchet
Ceci & Cela©DR

Afin d’intégrer une action plus largement durable et cohérente, les produits proposés sont bio, locaux, et de saison, et les fruits et légumes viennent en direct des producteurs. Tous les jeudis, vous pouvez dorénavant venir récupérer des paniers de poisson frais dont la pratique respecte l’environnement et la condition des pêcheurs. Louise confirme : « Nous espérons ainsi avoir, à notre toute petite échelle, un impact direct sur l’économie locale par la valorisation du terroir et des savoir-faire, un impact écologique par le choix des produits et le mode de distribution, et enfin un impact social par le développement des liens sociaux dans notre quartier ». Plus qu’une simple épicerie, Ceci & Cela tend à être un véritable lieu de vie : « nous organisons tout au long de l’année divers événements et ateliers qui permettent à nos clients d’être acteurs et de participer activement à la vie du magasin ».

L’enseigne compte déjà deux boutiques dans le centre-ville : l’une pour les produits secs, la seconde pour les fruits et légumes. Un troisième magasin, plus grand, plus varié, dont le lieu n’a pas encore été révélé, ouvrira ses portes au mois de mars.

Ouvert du lundi au samedi 10h30-20h.

Ceci & Cela épicerie – 7 rue Baour-Lormian, Toulouse. Tél. 05 82 74 90 31
Ceci & Cela primeur – 4 rue Jules Chalande, Toulouse. Tél. 05 67 06 85 30
Page Facebook


Day by Day

Avant de se lancer dans l’aventure zéro déchet, Aurélie Cassan était depuis longtemps adepte d’une consommation responsable et évitait le gaspillage et les achats compulsifs. Au départ simplement pour faire des économies puis pour des questions d’écologie. En 2016, c’est avec le soutien et l’accompagnement de la chaîne Day by Day qu’elle ouvre son épicerie de vrac dans le quartier Saint-Cyprien. « J’ai choisi la franchise pour des questions de facilité », épaulée de son implantation à l’agencement du lieu, en passant par le choix des meubles ou des produits. La chaîne existe depuis 2013 et compte aujourd’hui plus de 30 magasins zéro déchet partout en France. Toutes les boutiques adhérentes au réseau s’engagent à une production minimale de déchets, à proposer des produits de qualité, respectueux de l’environnement tant dans leur fabrication, leur conditionnement que leur livraison.

zéro déchet
Day By Day©ML

Si une partie de la marchandise en vente est imposée par la chaîne afin de créer une unité d’un magasin à l’autre, Aurélie fait aussi le choix de produits locaux tels que les œufs ou le maquillage. De nombreux cosmétiques non chimiques trouvent leur place dans les rayons : cotons réutilisables, lessive naturelle, savons bio, brosse à dent en bois… Le concept de “vrac” participe également à la diminution du gaspillage alimentaire en permettant de se fournir en très petite quantité : « on peut même essayer des épices et goûter simplement une cuillère ou deux, pas obligé d’acheter le pot entier ! ». Aurélie ajoute : « ce n’est pas forcément plus cher puisqu’on ne paye pas pour l’emballage, et les produits sont de meilleure qualité ».

Dans la boutique, pas de produits frais mais il est possible de venir chercher un panier primeur bio, tous les vendredis, à commander en amont sur Internet. Des ateliers sont organisés ponctuellement, comme la confection de maquillage, et devraient se multiplier courant 2018.

Ouvert du mardi au samedi 10h-13h / 14h30-19h. Dimanche 10h-13h.

Day by Day – 37 avenue Étienne Billières, Toulouse. Tél. 09 83 57 00 31
Site internetPage Facebook


Ô Local Bio

En 2016, Françoise et Flora se sont alliées pour ouvrir cette boutique d’alimentation bio “en vrac” dans le quartier Palais de Justice, convaincues chacune à leur manière qu’elles pouvaient participer à une consommation plus responsable. En constatant la perte de fruits et légumes au magasin, elles ont cherché une solution pour limiter davantage leurs déchets et ont eu l’idée d’ouvrir le premier restaurant zéro déchet à Toulouse, en complément de l’épicerie.

zéro déchet
Ô Local Bio©ML

Tous les midis, Ô Local Bio propose des soupes chaudes ou froides, des salades composées, tout cela à partir des invendus du magasin : « on peut utiliser les légumes moins jolis, difformes, les “gueules cassées” dont personne ne veut ». La carte – courte (1 entrée/2 plats/1 dessert) et différente chaque jour – varie selon les saisons et les fruits et légumes disponibles, au grand plaisir des clients qui sont surpris par les plats proposés et apprécient leur originalité. Joëlle, la cuisinière explique « c’est un processus inversé, si on change son fonctionnement et qu’on part de la question qu’est ce que j’ai ? et qu’est-ce que je peux en faire ? on a plus de possibilités de création et on fait moins de gâchis ». Pour ce qui est du budget, elle confirme que certes, le prix des produits bio au kilo est plus cher, mais comme « ils ont plus de goût, on peut les utiliser en plus petite quantité, on ajoute donc moins de sel et de sucre pour relever le goût, et on peut apprendre à cuisinier les feuilles, les fanes, les queues… et utiliser 100 % du produit ». Elle assure que, finalement, on s’y retrouve financièrement.

Toujours dans un raisonnement durable, Ô Local Bio fait appel à du mobilier fabriqué avec des matériaux de récupération, des serviettes et de la vaisselle réutilisables, un compost pour les déchets verts, et un système de consignes avec des bocaux en verre pour les plats à emporter.

Ouvert du lundi au samedi 10h-20h.

Ô Local bio – 143 Grande rue Saint-Michel, Toulouse. Tél. 05 61 73 60 93
Site internetPage Facebook


Slow Concept

Marre de vivre à mille à l’heure et de ne plus trouver de temps pour soi ? La « Slow Life » est un style de vie où l’on choisit de ralentir, prendre le temps de respirer, se ressourcer en remettant l’homme et ses sensations au centre, tout en respectant la nature et l’environnement qui nous entourent. Le concept regroupe entre autres des notions de « Slow Food » – manger mieux et combattre l’invasion des fast food dans nos villes et nos vies -, et de « Slow Market » – acheter des produits de meilleure qualité, plus éthiques dans leur fabrication et mieux pensés.

zéro déchet
Slow Concept©DR

Globalement, l’idée est de gagner en temps et en tranquillité d’esprit en adoptant une consommation plus raisonnée : alimentation plus saine et naturelle, achats moins compulsifs mais plus authentiques… En bref, acheter moins mais acheter mieux !


À lire aussi : l’événement Slow Market à Toulouse.


La boutique Slow Concept, véritable “lieu de vie” où il fait bon déambuler entre les rayons, met l’accent sur le « design éthique ». Ici, pas de fruits ou de légumes bio, mais des meubles, des accessoires, de la vaisselle, des bijoux… créés à partir de matériaux de récupération (ou « upcycling ») dans une optique zéro gâchis. Des créateurs des quatre coins du monde mettent la main à la pâte pour re-créer : petits carnets, paniers à base de plastique d’emballage, sacs à main fabriqués à l’aide de chutes de tissus, tapis conçus à partir de bouteilles en plastique, déco en papier recyclé… C’est tendance, design, environnementalement responsable et il y a même un petit coin café pour partager et discuter ! La boutique propose aussi ponctuellement des événements surtout sous forme d’ateliers : fabrication de cosmétiques ou de produits ménagers naturels, vide-greniers, ateliers de décoration florale… À ne pas manquer pour les adeptes du DIY !

Ouvert du mardi au samedi 10h30-19h.

Slow Concept – 10 rue Sainte-Ursule, Toulouse. Tél. 05 81 60 34 12
Site internet


La Glanerie

Cette ressourcerie à Toulouse prône également le ré-emploi et sillonne les déchetteries depuis 2003 à la recherche d’objets à qui elle pourrait donner une seconde vie, qui sont triés, nettoyés, réparés et rajeunis. Les bricoleurs de l’atelier « électro » s’attellent à réparer l’électroménager et les appareils électroniques pendant que les bidouilleurs de l’atelier « cycle » remettent en état des vélos rétro qui ne tardent pas à re-parcourir les routes. Une fois prêts pour leur nouvelle existence, les créations en palettes ou en bâches publicitaires, l’électroménager ressuscité et les meubles relookés sont mis en vente à des prix abordables dans les deux boutiques de la ressourcerie : l’une au nord de Toulouse et l’autre dans le quartier Saint-Aubin.

zéro déchet
La Glanerie©DR

Organisme de l’économie sociale et solidaire, l’association ne fait pas de profit et réinjecte les bénéfices permettant la création de nouveaux emplois et le développement de leurs actions. Aujourd’hui, ils sont une douzaine à La Glanerie, leur but commun étant « d’agir en faveur de la protection de l’environnement et de faire en sorte que chacun prenne sa place au sein de la société ».

Ouvert mercredi et samedi 10h-18h.

La Glanerie dépôt et boutique – 37 impasse de la Glacière, Toulouse. Tél. 05 61 26 83 40

Ouvert mardi et vendredi 10h-13h / 15h-19h. Mercredi et samedi 10h-13h / 15h-19h. Jeudi 15h-19h.

La Glanerie boutique – 2 avenue de la Gloire, Toulouse. Tél. 05 61 46 35 33
Site internet


Cafés Bricol’

Une machine à café qui n’en fait qu’à sa tête ? Un grille-pain qui fait des étincelles ? Attendez un peu avant de vous en débarrasser ! Il n’y a pas moins de 11 Cafés Bricol’ dans la région toulousaine (dont un en centre-ville dans le quartier des Chalets) qui proposent des rencontres régulières et gratuites pour apprendre à réparer soi-même son petit électroménager avec des bricoleurs compétents. Rendez-vous à l’une de ces occasions qui se déroulent au moins une fois par semaine dans l’un des centres culturels ou salles des fêtes de la région, avec vos appareils défectueux et votre bonne humeur. Plus qu’un concept pratique, ces moments permettent échanges et partage avec des citoyens touchés par la question environnementale. Si vous essayez le Café Bricol de Ramonville-Saint-Agne, vous croiserez peut-être le Car@bricole !

L’agenda des rencontres : cafebricol.fr

zéro déchet
Car@bricole©DR

Car@bricole

L’association Caracole, engagée depuis près de vingt ans dans la promotion et l’action pour la réduction des déchets, et adepte des fameux Cafés Bricol’, a voulu pousser le projet plus loin en misant sur la mobilité. Fin 2017, ils aménagent le Car@bricole : ici pas de transport de voyageurs, mais un bus qui véhicule un engagement, un goût pour l’environnement et quelques outils pour bricoler. Cinq postes de travail, des écrans vidéo pour projeter des tutoriels, et tous les outils nécessaires… le Car@bricole est équipé pour réparer vos petits accrocs et vos grosses pannes. Le bus caracole principalement en Haute-Garonne – et à terme dans toute la région Occitanie -, se rendant sur divers événements (marchés, Cafés Bricol’, vide-greniers, fêtes de quartier…) afin de sensibiliser les particuliers à la réutilisation et à lutter contre l’obsolescence programmée qu’on nous impose. Les membres de l’association parlent d’ « économie circulaire », les produits entrant dans une boucle de consommation sans passer par la case déchet. Éric Meignan, membre de l’association Caracole précise : « l’initiative est portée par les bénévoles de Caracole qui ont des compétences – en professionnels ou amateurs éclairés – dans les domaines de l’informatique, l’électronique, la couture, le bricolage, retraités ou non ». Ces intervenants ne se contentent pas de réparer les appareils, ils insistent sur leur volonté d’accompagnement vers un mode de pensée et de consommation plus responsable et plus raisonné, leur maxime étant « le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas ! ».

Car@bricole – 73 chemin de Mange Pommes, Ramonville-Saint-Agne.
Site internet

LAISSER UN COMMENTAIRE